RMC Sport

Ligue 1: Messi fait flamber le prix des places de Bordeaux-PSG

Selon Sud-Ouest, l’affiche de la 13e journée de Ligue 1 entre Bordeaux et le PSG se disputera à guichets fermés. Et à deux mois du match programmé le week-end du 6 novembre, les prix s’envolent déjà au marché au noir. La perspective de voir jouer Lionel Messi y est forcément pour quelque chose.

A Bordeaux, on a déjà la tête au PSG. Pas du côté du coach, Vladimir Petkovic, davatage préoccupé par la situation inquiétante de son équipe, 19e de L1 (zéro victoire), mais au sein de la direction. La réception du club parisien et de toutes ses stars à commencer par Lionel Messi, se déroulera dans deux mois, le week-end du 6-7 novembre. Comme dans les tous les clubs français, la présence de la star argentine provoque un engouement sans précédent. Bordeaux n'échappe pas à la règle.

Il y a une semaine, les Girondins annonçaient avoir reçu 20.000 demandes de billets sur leur site. Du jamais vu depuis que Bordeaux joue dans son nouvel écrin en 2015. Ce samedi Sud-Ouest annonce que ce match comptant pour la 13e journée de Ligue 1 se déroulera à guichets fermés au Matmut Atlantique.

Des billets déjà à 250 euros au marché noir

A la différence des précédentes saisons, les dirigeants girondins avaient décidé de privilégier leurs abonnés (plus de 10.000) pour les remercier de leur soutien après une saison 2020-2021 manquée. "Nous voulons avoir un public majoritairement girondin, contrairement à ce qu’on a parfois vu quand le PSG, déjà, ou Marseille venaient à Bordeaux", indique le club à Sud-Ouest. Les abonnés avaient la possibilité d’acheter 10 places supplémentaires (dont deux avec une réduction de 30%).

Les Ultramarines en colère

Partis comme des petits pains, ces 42.000 billets font déjà l’objet de spéculations à la revente. Selon le quotidien régional, dès mardi, des places étaient déjà en vente à 250 euros sur des réseaux parallèles.

Si la décision du club de privilégier les abonnés pour la venue de Lionel Messi a été appréciée par les fans, ses conséquences sont dénoncées avec virulence, notamment par les Ultramarines, le principal groupe de supporters des Girondins. "La spéculation en cours – fait d’une infime minorité – est à vomir. Cela doit cesser immédiatement", ont protesté les fans girondins sur les réseaux sociaux.

ABr