RMC Sport

Ligue 1: pourquoi les Girondins et Sousa se sont finalement séparés

Le feuilleton aura duré plus d’un mois et demi et il aura été difficile d’y voir clair dans le conflit qui a opposé l’entraîneur des Girondins de Bordeaux à sa direction. Le Portugais quitte le club ce lundi alors qu’il était pourtant prêt à continuer l’aventure.

Il avait fait part à sa direction son envie de quitter les Girondins le 22 juin dernier. Paulo Sousa avait ensuite rapidement informé les quatre cadres de son vestiaire, Costil, Briand, De Préville et Koscielny qu’il avait demandé à partir des Girondins de Bordeaux.

Pourtant l’issue aura été bien plus longue que prévue. Courtisé par Benfica, Paulo Sousa voulait être rapidement libéré de ses obligations avec Bordeaux pour pouvoir entamer les négociations avec le club portugais mais Frédéric Longuépée n’a pas voulu le laisser partir.

Bordeaux voulait faire payer Benfica

Le président bordelais souhaitait réclamer des indemnités au club de Lisbonne pour s’attacher les services de son coach à qui il restait deux ans de contrat et dont les émoluments (280.000 euros par mois) étaient conséquents.

"Paulo demandait à quitter le club sans indemnité de départ mais les Girondins voulaient toucher des sous auprès du club qui allait l’enrôler", confiait alors une source proche du technicien pour RMC Sport.

Sousa a pensé à rester

Finalement le club portugais a préféré Jorge Jesus et la position de Sousa a complètement changé. Pourtant les Girondins ont envoyé au Portugais et à son entourage un protocole dès le 10 juillet dernier, et qui allait jusqu'au 7 août, afin de lui permettre de quitter le club sans indemnité de transfert.

Le clan Sousa n’a pas donné suite. L’ancien joueur de la Juve s’est résolu à rester à Bordeaux et est resté professionnel en menant la préparation des Girondins avec sa rigueur et son implication habituelle. La direction et Frédéric Longuépée ont eux fait le choix de conserver Sousa, un choix pragmatique et financier.

King Street lassé des états d'âme de Sousa

Qu’est ce qui a donc conditionné le départ de l’ancien entraîneur de la Fiorentina? Pour la première fois depuis que King Street a repris le club, le fonds d’investissement américain a eu un impact direct sur le sportif.

Daniel Ehrmann, la tête de gondole des propriétaires américains dans le projet Bordeaux a mené lui-même les discussions pour se séparer de son coach, lassé par l’attitude de Sousa, ses revirements de situation et ses avis critiques sur le projet du club et son actionnaire.

Sousa privé d'adieux

Les discussions se sont accélérées pendant le week-end et Paulo Sousa ne sera pas à la tête de l’équipe ce lundi soir à Saint-Paul-les-Dax pour le dernier stage avant la reprise du championnat. "Il y a beaucoup de déception chez Paulo, souffle un proche de Sousa. Il était prêt à continuer vu que le club ne l’a pas laissé partir. Il n’a même pas pu dire au revoir à ses joueurs."

Les joueurs eux attendaient que la situation se décante rapidement afin d’y voir clair. Certains ont dîné avec Paulo Sousa dimanche afin de lui dire au revoir d’après les informations de RMC Sport.

Gasset va être officialisé, Printant l'accompagne

Le dossier du remplaçant de Sousa est en tout cas déjà ficelé depuis plusieurs semaines. Jean-Louis Gasset va être nommé entraîneur une fois le protocole de départ de Paulo Sousa signé. Il sera accompagné de son adjoint Ghislain Printant. Gasset devrait d’ailleurs diriger la séance de ce lundi dans les Landes.

Le nouveau directeur sportif Alain Roche est lui attendu à Bordeaux pour prendre la suite d’Eduardo Macia. Il s’est déjà entretenu avec Gasset sur les besoins de l’effectif même si l’enveloppe financière allouée aux transferts reste proche du néant et que le club cherche toujours à dégraisser. Avec les départs de Sousa et Macia, King Street tire un trait définitif sur son attelage avec GACP et repart avec des hommes neufs, des hommes que le fonds d’investissement et son président Frédéric Longuépée ont choisi.

Nicolas Paolorsi