RMC Sport

Ligue 1: Rennes renoue enfin avec le succès, de l'air pour Stéphan

Après avoir mené 2-0, puis vu Toulouse revenir à 2-2, Rennes a enfin gagné ce dimanche en Ligue 1 (3-2), mettant un terme à une série de dix matchs sans succès. Julien Stéphan, soutenu par ses joueurs, peut souffler un peu.

Jeudi soir encore, lui-même se disait "extrêmement déterminé et combatif", et son président Olivier Létang avait assuré, de son côté, qu'il n'y avait "pas de réflexion sur l'avenir de Julien Stéphan". Toujours est-il qu'avant cette 11e journée de Ligue 1, l'entraîneur du Stade Rennais n'était pas dans une position très, très confortable: parce que son équipe restait sur une série de dix matchs sans succès, parce que la relation avec Sylvain Armand avait semblé se refroidir, et parce que les Bretons traînaient dernièrement une sorte de poisse, à l'image de leur défaite contre Cluj en Ligue Europa (1-0), à neuf et avec un gardien de 16 ans.

Mais la réception de Toulouse ce dimanche, dans un Roazhon Park bien garni, a offert un grand bol d'air aux Rennais et à leur coach: non seulement Da Silva et les siens ont gagné (3-2) - ce qui leur permet de remonter à la 9e place - mais ils ont montré, par leur attitude, qu'ils sont encore concernés, et solidaires.

Toulouse était pourtant revenu à 2-2, avant que le coaching de Stéphan ne paie

Dès la 4e minute, M'Baye Niang a ainsi ouvert la marque en fusillant Reynet d'une belle reprise, et dans la foulée, Adrien Hunou l'a imité (2-0, 6e) pour mettre Rennes sur un boulevard. Et autant que les deux buts, c'est la célébration du premier qui a été remarquée: l'attaquant sénégalais a aussitôt couru vers le banc de touche de Rennes... pour se jeter dans les bras de Stéphan, et lui offrir une chaleureuse étreinte, avant que tous les joueurs, remplaçants inclus, ne rejoignent les deux hommes.

L'image était belle, la suite un peu moins: après avoir fait exulter leur coach, les Rennais l'ont fait trembler. Levant soudainement le pied à 2-0, ils ont d'abord vu le TFC, revigoré, réduire la marque par l'intermédiaire de Dossevi (2-1, 41e). Et au terme d'une deuxième période disputée, c'est Gradel, sur coup franc, qui a douché le public en égalisant (2-2, 84e).

Rennes allait encore bloquer, pensait-on, allait encore laisser filer les trois points. Mais non, pas cette fois. A la 92e, après un bon travail de Raphinha, Siebatcheu a décalé Gboho en pivot, permettant au jeune joueur de 18 ans d'envoyer la balle à ras le poteau toulousain et de faire exploser l'arène. Siebatcheu et Gboho, deux joueurs lancés quelques minutes plus tôt par Julien Stéphan. Comme un symbole. "Je suis content pour lui, c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup, a observé Antoine Kombouaré, beau joueur, au micro de Bein Sports. Il était dans le dur et a fait ce qu'il faut pour gagner le match. Nous, on doit retenir les leçons." Et stopper l'hémorragie, puisque Toulouse est de son côté 17e, avec un point d'avance sur le premier relégable.

CC