RMC Sport

Ligue 1 : Toulouse et Nice en force dans l’équipe-type de la 9e journée

-

- - -

Difficile d’occulter les performances de Toulouse et de Nice, sensations fortes du week-end en dominant respectivement Monaco (3-1) et Lyon (2-0). C’est donc logiquement que ces deux équipes placent deux de leurs éléments de notre équipe-type de la 9e journée de Ligue 1, dans laquelle on retrouve un Marseillais, un Angevin, un Montpelliérain… mais aussi deux Dijonnais !

Cédric Carrasso (Bordeaux)

Certes, sa barre transversale a vibré sur une tête à bout portant de Ntep. Et elle a encore retenti, suivie dans la foulée par le poteau droit, sur une frappe enroulée et travaillée par la patte gauche de Diakhaby. Mais Cédric Carrasso a aussi devancé la chance, en opposant une main ferme à Grosicki en tout début de match, ou en étant réactif sur une frappe de Sio à l’heure de jeu.

Loïc Perrin (Saint-Etienne)

Le capitaine des Verts effectuait son grand retour comme titulaire dimanche contre Dijon. Encore une fois, de la voix et du geste, il a su maintenir les siens à flot et les inciter à ne pas lâcher. Il leur a même montré la voie à suivre en allant provoquer un penalty en toute fin de rencontre.

Adam Lang (Dijon)

Copieusement dominé par Saint-Etienne, Dijon doit son point du match nul autant par le culot de Pierre Lees Melou que par l’abnégation de sa défense. Les Bourguignons ont tenu, plié et n’ont cassé qu’en fin de match sur penalty. Une performance défensive de premier choix pour une équipe qui avait encaissé treize buts – dont neuf lors des cinq dernières journées – avant son déplacement dans le Forez, rendue possible par l’abattage du Hongrois, Adam Lang.

A lire aussi : les tops et flops d'OM-Metz

Paul Baysse (Nice)

Il a eu un véritable geste d’avant-centre, en ouvrant le score dans la surface d’une volée fracassante du gauche. Mais il a aussi eu un comportement défensif exemplaire, un plus non négligeable quand on joue défenseur central. Si Nabil Fekir puis Corentin Tolisson n’ont pas existé, c’est en grande partie à cause de lui. Impérial et écoeurant aussi, dans les airs. Captain courage et captain efficace aussi vendredi soir contre Lyon.

Jean-Michaël Seri (Nice)

Il tire le coup franc amenant l’ouverture du score de son capitaine Paul Baysse. Puis il est là, à l’affût, pour reprendre une frappe de Belhanda repoussée par le poteau de Lopes et enfoncer définitivement l’Olympique Lyonnais. Un but et une passe décisive : difficile de ne pas faire de Jean-Michaël Seri le grand bonhomme de ce match. Mais on n’oubliera pas ses ouvertures lumineuses, sa technique soyeuse, ses passes millimétrées et… son abattage à la récupération. 

Jimmy Durmaz (Toulouse)

Déjà excellent lors de la victoire face au PSG, l'ailier suédois a encore rayonné vendredi, cette fois face à Monaco. Sur la gauche, il a fait des misères à Raggi et obtenu le corner de l'égalisation, puis ensuite à Sidibé. Sa finesse, son jeu à une touche et son sens du dribble sont précieux au jeu toulousain. 

A lire aussi : les tops et flops de Saint-Etienne-Dijon

Pierre Lees Melou (Dijon)

Il a inscrit son 2e but en Ligue 1 en ouvrant le score sur la pelouse de Saint-Etienne. Le milieu de terrain dijonnais s’est aussi illustré par une activité débordante dans l’entrejeu. Solide et solidaire, il s’est démené et a joué un rôle important dans le bon résultat du DFCO, qui a pris son 1er point en déplacement cette saison.

Martin Braithwaite (Toulouse)

Il se passe toujours quelque chose avec lui. Pas loin de la correctionnelle sur un tacle appuyé en première mi-temps, il loupe ensuite une occasion en or, à bout portant sur un centre de Durmaz. Puis il fait basculer le match face à Monaco en deux minutes, donnant l’avantage aux siens puis le gain des trois points. Son sixième but en six matchs… Qui a dit qu'il n'était pas efficace ?

Florian Thauvin (OM)

Chaque semaine, il confirme son statut de principale satisfaction de l’OM, dans le secteur offensif, dans cette première partie de saison. Face à Metz (1-0), il n’a cessé de provoquer la défense adverse et de mettre de l’envie et de l’application dans ses initiatives. C’’est lui qui met Bafétimbi Gomis sur orbite pour l’ouverture du score de l’OM. Encore un match plein, récompensé par le titre de joueur de la rencontre.

A lire aussi : les tops et flops de Rennes-Bordeaux

Casimir Ninga (Montpellier)

Son triplé à Lorient, juste avant la trêve internationale, semblait l’avoir enfin (re)lancé. Impression confirmée samedi dernier aux dépens de Caen. L’international tchadien s’est occupé de tout face aux Normands (3-2) : ouvrir le score, offrir une passe décisive à Mounié et parachever l’œuvre héraultaise en toute fin de match. Le voilà à 5 buts après 9 journées. Il est bien parti pour dépasser son total de buts de la saison dernière (7 en 26 journées).

Famara Diedhiou (Angers)

Il avait des jambes et à revendre même samedi, sur la pelouse de Bastia. Son doublé, son premier en Ligue 1, a permis au SCO Angers de réaliser un joli coup en Corse (1-2). Le meilleur buteur de Ligue 2 la saison passée a fait étalage d’un sens du jeu remarquable, en étant à l’origine des actions menant à ses deux réalisations. Un jeu en pivot éprouvant pour la défense bastiaise.