RMC Sport

Lille: Lopez à la recherche d'un "trésor de guerre" pour sauver la Ligue 1

Gérard Lopez, président de Lille, confirme à L'Equipe qu'il est chargé d'emprunter un très gros montant auprès de banques ou de fonds de pension avant d'assurer la pérennité financières des clubs de Ligue 1 pendant la crise liée au coronavirus.

Gérard Lopez est en mission. Comme annoncé par RMC Sport vendredi dernier, le président de Lille forme, avec sept autres présidents de Ligue 1 (Al-Khelaïfi, Aulas, Caïazzo, Eyraud, Holveck, Rivère et Sadran plus Loïc Féry de Lorient en Ligue 2), un groupe de travail en charge de trouver des ressources financières afin de sauver le football français de la crise économique en raison de la pandémie du coronavirus.

>> Le sport face au coronavirus: la situation en direct

Depuis, le propriétaire du Losc a activé ses réseaux pour trouver les meilleurs conditions d'un emprunt. Dans une interview accordée à L'Equipe ce mardi, le dirigeant confie chercher "entre 300 et 500 millions d'euros". Une somme qu'il voit comme "un parachute".

"On doit se faire un trésor de guerre, explique-t-il. Mais pas un trésor de guerre dans une banque qu’on n’aurait pas le droit de toucher. Non, une ligne de crédit, de plusieurs centaines de millions d’euros, qu’on pourrait débloquer à l’issue d’un vote effectué par les clubs, dans une situation comparable à celle d’aujourd’hui. Une ligne de crédit qui renforcerait la Ligue et le foot français."

La Ligue tranchera

Selon ses calculs, les taux d'intérêt d'un tel emprunt auprès de banques ou d'un fonds de pension se situeraient autour de 8%. "Sur une durée de trois à cinq ans, cela coûterait 3 à 4 millions d'euros chaque club de L1 par an. Compte tenu de l’urgence, c’est acceptable." Il tient aussi à préciser le rôle de ce "cabinet" qui n'est pas dissident à la Ligue de football professionnel, pourtant grande absente de sa composition. 

"La Ligue, elle aussi, avait pris des contacts de son côté, assure-t-il. Mais, encore une fois, on cherche des solutions, et c’est la Ligue qui dira si elle veut emprunter zéro ou quelque chose." Ce groupe de neuf dirigeants se distingue de celui formé de quatre présidents, chargé pour sa part de discuter avec Canal+ pour le versements des droits TV. 

NC