RMC Sport

Mandanda, Waris, Rekik : les tops et les flops de Lorient-Marseille

Sauvé par un grand Steve Mandanda et par l’égalisation de Mauricio Isla, l’OM a arraché le nul à Lorient (1-1) ce samedi après avoir été mené à la pause. Le club phocéen signe son cinquième 1-1 de rang et partage les points pour la 15e fois de la saison. Pas l’idéal pour avancer.

LES TOPS

Mandanda, le roc olympien

Sans lui, l’OM aurait sombré en 45 minutes. S’il ne peut rien sur l’ouverture du score signée Adbul Majeed Waris, où la faute incombe à un certain Karim Rekik (on y reviendra), Steve Mandanda a joué les pompiers de service à plusieurs reprises. Comme trop souvent cette saison. Au programme ? Des parades de classe devant Benjamin Jeannot, Waris (deux fois) et Maxime Barthelmé. Sans oublier celles sur des frappes de Raphaël Guerreiro en seconde période. Au total, son bilan monte à neuf interventions décisives. Avec Lassana Diarra, forfait ce samedi comme mercredi à Ajaccio (touché à un genou contre Toulouse dimanche dernier), le portier international est bien le roc marseillais du présent exercice. On n’ose imaginer où en seraient Michel et ses hommes sans sa rassurante présence sur la ligne.

Waris, un dauphin qui assure bien l’intérim

Touché au mollet contre Guingamp, le 10 février, Benjamin Moukandjo est depuis absent des terrains. Mais quand le meilleur buteur lorientais (12 réalisations en L1) n’est pas là, son dauphin danse. Depuis la sortie du Camerounais sur blessure, Abdul Majeed Waris a assuré l’intérim avec efficacité sur le plan des filets qui tremblent. Double buteur contre Guingamp, il a ensuite marqué à Troyes. Et c’est encore lui qui a ouvert la marque contre Marseille, son huitième but de la saison en championnat. Sans un grand Mandanda, il aurait même pu doubler voire tripler la mise.

Isla, métronome et buteur

Ces dernières semaines, il est l’une des satisfactions marseillaises. Et elles sont (très) rares. Généreux dans son abattage, efficace dans son jeu, Mauricio Isla marche à l’endroit au contraire de nombreux de ses coéquipiers. Et maintenant, le Chilien se met aussi à marquer. Buteur mi-février à Nice (1-1), Isla a récidivé à Lorient pour égaliser et permettre à l’OM de ramener un point de son déplacement en Bretagne. La juste récompense de son abnégation, même s’il peut remercier Guerreiro (on y reviendra aussi). On aurait vraiment aimé voir le vainqueur de la dernière Copa America et son talent sous les ordres du « Loco » Marcelo Bielsa.

LES FLOPS

Rekik doit revoir son alignement

Souvent raillé (et à raison) cette saison, Karim Rekik ne va pas calmer les critiques avec sa prestation au Moustoir. Le Néerlandais est le principal responsable du but des Merlus. Non content de ne pas respecter l’alignement de la défense marseillaise (il traînait deux bons mètres derrière) et de couvrir l’attaque bretonne, le garçon s’est ensuite arrêté et a jeté un regard vers le juge de ligne en espérant le voir signaler un hors-jeu. Résultat ? Waris a eu tout le temps pour ajuster sa frappe et tromper Mandanda. Cerise sur le gâteau, Rekik trouvera le moyen de « gueuler » sur le portier olympien après l’action. Du grand art. Une soirée à oublier pour le Néerlandais, sortie sur blessure (remplacé par Rolando) dès la 52e minute. A noter que Benjamin Mendy, lui aussi sorti sur blessure peu après le quart d’heure de jeu, sera absent des terrains « une à deux semaines » selon le site officiel de l’OM.

Guerreiro, la seconde d’arrêt qui fait mal

Dominateur en première période, Lorient a vu un grand Mandanda sauver la baraque olympienne. Les Merlus l’ont vite payé au retour des vestiaires. Dès la première minute de la seconde période, suite à une frappe de Batshuayi contrée, le ballon file dans la surface bretonne. Raphaël Guerreiro n’a plus qu’à accélérer pour tacler le cuir ou le balancer dans les tribunes. Mais l’international portugais, peut-être dans un hommage à la bourde de Rekik, va changer la donne en s’arrêtant une seconde dans sa course. Suffisant pour permettre à Isla de surgir et d’égaliser pour l’OM.

Marseille n’avance plus nulle part

La série noire à domicile était connue. Incapable de gagner au Vélodrome depuis le... 13 septembre, l’OM se maintenait dans le ventre mou du classement grâce à sa capacité à aller chercher des points à l’extérieur. Mais désormais, le club phocéen ne gagne plus nulle part. Ses trois derniers déplacements en championnat, à Nice, à Ajaccio et à Lorient, se sont soldés sur des matches nuls. L’OM reste même sur cinq 1-1 d’affilée ! De quoi plomber le bilan : Marseille, qui a déjà partagé les points à 15 reprises cette saison (!), n’a gagné que deux fois en Ligue 1 depuis le début de l’année 2016. Avec 39 points et une neuvième place provisoire, le maintien (vu le niveau, on est sérieux) n’est pas loin. Mais que la fin de saison risque d’être longue et pénible sur la Canebière, où Michel sait trouver des excuses mais pas la bonne formule.

Alexandre Herbinet