RMC Sport

Mercato: comment Neymar a convaincu Ramos de signer

Présenté aux fans du Paris Saint-Germain ce mardi, Sergio Ramos a révélé dans un entretien à L’Equipe que son nouveau coéquipier Neymar avait joué un grand rôle dans son recrutement.

Le Paris Saint-Germain vient d'acquérir un nouveau gros poisson, pesant pas moins de quatre Ligue des Champions, une Coupe du monde et deux Championnats d’Europe. Arrivant en provenance du Real Madrid, Sergio Ramos a signé pour deux ans au club de la capitale. Le défenseur espagnol a été présenté à la presse et aux spectateurs ce mardi. Dans un entretien à L’Equipe, il a notamment révélé que Neymar avait beaucoup joué dans sa venue.

Les deux hommes sont amis de longue date, "six ou sept ans", du temps où ils évoluaient tous les deux en Espagne, même si leurs clubs étaient rivaux. "On a toujours eu tous les deux une relation d'amitié extraordinaire", explique Ramos, qui avait aussi gardé des liens importants avec Keylor Navas, avec qui il est déjà parti en vacances, et Angel Di Maria, deux de ses anciens coéquipiers avec les Merengue évoluant désormais à Paris.

Ramos a parlé à "plusieurs joueurs"

Ce fort lien avec la star brésilienne a pesé au moment de choisir sa future destination. "C’est vrai (je lui ai parlé). Avant de rejoindre une nouvelle équipe, il est toujours profitable de parler avec plusieurs joueurs, avec le président (avec Leonardo, avec Mauricio Pochettino. Tous m'ont convaincu à leur manière." L’Espagnol s’est dit convaincu par les deux ans de contrat que lui offraient le PSG et le projet sportif, notamment "les joueurs présents". Plus tôt, il avait déjà dit souhaiter que Kylian Mbappé reste au club la saison prochaine.

Le rôle de Neymar dans le transfert avait filtré dans la presse depuis plusieurs jours. En décembre 2020, déjà, l’émission espagnole "El Chiringuito de Jugones" révélait que l’attaquant avait contacté son aîné pour lui promettre qu’il prolongerait à Paris s’il le rejoignait. Désormais sous contrat jusqu'en 2025 avec le vice-champion de France, le Brésilien a tenu sa parole.

CP