RMC Sport

Metz: Antonetti au bord des larmes quand il évoque son épouse décédée

Frédéric Antonetti a craqué sous le poids de l'émotion vendredi en conférence de presse, alors qu'il évoquait son contrat et le projet qu'il nourrissait avec son épouse, décédée en juillet dernier, emportée par la maladie.

Il faudra s’y faire, le FC Metz n’est plus un candidat au maintien, et il le prouve chaque semaine. Le club lorrain, surprenant sixième de Ligue 1, a un nouveau statut à gérer et des objectifs revus à la hausse qui vont de pair avec l’humilité qu’il entend cette fois conserver. "Je pense que ce serait prétentieux de ma part de dire qu’on peut aller au-delà de la huitième place", a concédé vendredi Frédéric Antonetti, le coach par qui tout est arrivé.

Après avoir pris du recul fin 2018 pour rentrer en Corse au chevet de son épouse malade, décédée en juillet 2020, Frédéric Antonetti est redevenu entraîneur du FC Metz en octobre dernier. Il récupérait ainsi le poste laissé à Vincent Hognon, qui choisissait de s’écarter pour laisser sa place à celui dont il fut l’adjoint. Le FC Metz commençait tout juste à remonter la pente. Sous Antonetti le redressement est finalement devenu spectaculaire.

Rattrapé par l'émotion

"J’étais programmé pour trois ans, a expliqué Antonetti la veille. C’est d’ordre privé, mais j’avais prévenu ma femme que c’était mon dernier contrat. Les événements ont fait que...bon, bref…(un long silence s’installe, étranglé par l’émotion, il s’arrête) Excusez-moi (il reprend sa respiration) Nous étions en deuxième division, j’ai dit au président Serin, moi je pense que je peux vous aider à monter, et à faire en sorte dans trois ans de stabiliser le club en première division. Je pensais à ce moment-là, 8e au mieux, 14e au pire."

Avec seulement trois revers au compteur depuis octobre, de belles victoires acquises, notamment face à Montpellier et Lyon, et une série de six matches sans défaites le FC Metz peut légitimement ambitionner de finir dans les dix premiers: "Metz est, certes, une ville moyenne, mais elle a tout à fait sa place en première division. C’est une ville historique, un club qui l’est tout autant, où il peut y avoir 25.000 personnes au stade dans une situation normale… C’est pour ça que je suis venu !" Les Messins se déplacent à Saint-Etienne ce dimanche (15h) lors de la 24e journée de Ligue 1.

QM