RMC Sport

Monaco - Saint-Etienne : les tops et les flops

Grâce une victoire (1-0) face à Saint-Etienne ce dimanche lors de la 18e journée de Ligue 1, Monaco se hisse à la 3e place du classement. Mais hormis quelques éclairs individuels, que le spectacle fut triste...

TOPS

Bayal Sall (Saint-Etienne)

Impressionnant de puissance, le défenseur central stéphanois a régné dans sa zone tout en impulsant de nombreux mouvements offensifs. En première période, ses percées ont éclairé le jeu de contre de son équipe. Il s’est également montré inspiré dans son jeu de passes vers l’avant. Défensivement, il a croqué l’attaquant monégasque Lacina Traoré et sauvé quelques situations chaudes. Sa responsabilité n’est pas engagée sur le penalty concédé par l’ASSE. Il a même failli égaliser d’une tête rageuse en fin de rencontre.

Nabil Dirar (Monaco)

L’un des hommes de base de Leonardo Jardim a tout fait ou presque du côté de l’ASM. Aligné à l’aile droite de l’attaque monégasque, son enchainement débordement puis centre pour Helder Costa a abouti à la plus grosse occasion (barre transversale) de son équipe (18e) en première période. Son activité, son entente avec un Thomas Lemar lui aussi très en jambes, fut la principale source d’ennui pour les Verts. Il n’a par ailleurs jamais rechigné au replacement défensif.

Thomas Lemar (Monaco)

Dans un après-midi bien terne, le gaucher guadeloupéen de l’ASM fut le seul des 22 acteurs à offrir un semblant de rêve au public clairsemé de Louis II. Aligné sur le côté droit du milieu monégasque, légèrement plus haut que Moutinho, Thomas Lemar a épaté par sa qualité technique supérieure. Ses dribbles, ses prises de risque, ses frappes, ses feintes, confirment le potentiel du joueur monégasque le plus intéressant depuis le début de la saison.

FLOPS

Lacina Traoré (Monaco)

Si Monaco s’est montré si peu menaçant, il en est en grande partie responsable. Dominé par Moustapha Bayal Sall, maladroit techniquement, il a semblé fâché avec ses pieds.

Pierre-Yves Polomat (Saint-Etienne)

Sale après-midi pour latéral gauche stéphanois. Mis au supplice par Nabil Dirar, dont les centres ont fait planer un danger constant, Pierre-Yves Polomat a provoqué le penalty monégasque d’une main au coin de sa surface (82e). Son équipe résistait alors sans trop forcer à 10 contre 11, après l’expulsion de Kévin Malcuit (64e).

Quel choc ?

La Ligue 1 oubliera bien vite le spectacle proposé ce dimanche après-midi par deux de ses prétendants au podium. Sur un coup de dé, Monaco se hisse à la 3e place du classement, à égalité de points avec Angers. Hormis quelques individualités, il ne reste pas grand-chose à tirer d’une rencontre sans rythme, disputée sur une pelouse indigne, dans un Louis II qui sonnait creux. A l’image du ciel, l’humeur était maussade ce dimanche après-midi sur le Rocher.

la rédaction