RMC Sport

Montpellier: comment Thierry Henry est devenu le mentor de Mavididi

Stephy Mavididi (22 ans), jeune attaquant anglais de Montpellier, confie son adulation pour Thierry Henry, qu'il a finalement eu comme mentor chez les U19 d'Arsenal.

Prêté avec option d'achat par la Juventus à Dijon la saison dernière, Stephy Mavididi (22 ans) porte désormais les couleurs de Montpellier (2 buts en Ligue 1) qui l'a définitivement recruté contre 6 millions d'euros. Un choix enfin stable pour le jeune attaquant qui a enchaîné les prêts en Angleterre avant d'être recruté par la Juventus en provenance d'Arsenal, son club formateur et de ses rêves, en 2018. 

Considéré comme un grand espoir, le natif de Derby ne s'est finalement jamais imposé avec les Gunners. Mais il garde un souvenir indélébile de sa formation dans le nord de Londres où il a côtoyé son idole absolue, Thierry Henry, alors en charge des U19 du club et désormais entraîneur de l'Impact Montréal. Après l'avoir imité enfant, en remontant ses chaussettes au-dessus des genoux, il a découvert le technicien "très dur, très exigeant". 

"Comme s'il s'identifiait à moi"

Il se souvient d'un recadrage en règle avec son ancien coéquipier Chris Willock alors que les deux jeunes joueurs prenaient à la légère leur élimination de la Coupe du monde des moins de 17 ans avec l'Angleterre. "Thierry nous a convoqués, Chris et moi, raconte-t-il dans L'Equipe. Il nous a dit: 'Vous débarquez avec le sourire et vous vous entraînez tranquillement alors que vous venez de perdre au premier tour. Vous n'avez rien fait dans le foot, vous n'êtes personne. Qu'allez-vous devenir si, demain, tout s'arrête pour vous? Vous avez la chance de jouer à Arsenal, ne la laissez pas passer'."

>> Ne manquez pas les chocs de Ligue 1 Uber Eats grâce au pass RMC SPORT + TELEFOOT

Il explique aussi comment le meilleur buteur de l'histoire d'Arsenal l'a pris sous son aile. "C'était comme s'il me comprenait mieux que les autres, explique-t-il. Comme s'il s'identifiait à moi. Il savait d'où je venais, il était passé par là lui aussi. Du coup, il savait quand se montrer exigeant et quand me laisser m'amuser. J'ai tellement appris en si peu de temps avec lui. Sur la vie en général, la mentalité à adopter pour devenir un joueur de classe mondiale... Ce qu'on a en commun, lui et moi? C'est la rue. Quand j'avais un un-contre-un à jouer et que je faisais la passe, il me disait : "Pourquoi tu ne le tues pas ?" Il m'a fait promettre de ne jamais perdre la rue en moi, de ne jamais changer."

dossier :

Thierry Henry

NC