RMC Sport

Nantes-Nice: Pallois veut "casser le but" pour sauver les Canaris

Nantes reçoit Nice ce dimanche lors de la 31e journée de Ligue 1. Avant-dernier du classement, les Canaris doivent retrouver une efficacité offensive pour prendre des points décisifs dans la course au maintien.

Christian Gourcuff, Raymond Domenech et désormais Antoine Kombouaré. Nantes consomme les entraîneurs mais n’y arrive toujours pas cette saison. Avant-derniers du classement avant la réception de Nice ce dimanche, les Canaris doivent l’emporter pour ne pas être distancés dans la course au maintien. Ce vendredi, Nicolas Pallois a demandé un changement de mentalité.

"C’est lié à l’état d’esprit, a lancé le défenseur nantais à deux jours du duel contre Nice. Je pense que dans la surface, on ne veut pas tuer le but. Et dans notre surface parfois, on fait des erreurs défensives qui nous coûtent cher aujourd’hui."

Pallois: "Il faut tuer les matchs"

Deuxième moins bonne attaque de Ligue 1 avec seulement 30 buts inscrits après 30 matchs, Nantes n’y arrive pas. En manque de confiance, les buteurs nantais doivent être plus tueurs selon l’ex-Bordelais.

"Il faut gommer ça je pense. Il faut donner le maximum, a poursuivi le défenseur central de 33 ans. Il faut tuer les matchs. Sur chaque action, s’il faut casser le but, et bien il faut casser le but."

Avec 28 points, Nantes accuse une longueur de retard sur Nîmes et Lorient, respectivement barragiste et premier non-relégable. Face à l’urgence et au besoin de points, les Canaris se doivent de signer une belle performance face aux Aiglons. Surtout dans l’optique des deux prochaines journées et des duels compliqués face à Rennes et Lyon, candidats à l’Europe. Le sprint final s’annonce intense du côté de Nantes.

"Même si cela passe par les barrages, on est prêt, a finalement indiqué Nicolas Pallois. Il va falloir prendre le maximum de points et essayer de se sauver le plus vite possible. Moi, je n'ai jamais fait de descente et je ne veux pas en faire. On va se battre et tout donner pour rester en Ligue 1."

JGL avec Pierre-Yves Leroux