RMC Sport

Nantes: une offre formulée pour le rachat du club

Waldemar Kita et Thierry Braillard, à Nantes le 17 avril 2015

Waldemar Kita et Thierry Braillard, à Nantes le 17 avril 2015 - Vincent Michel / Icon Sport

Représenté par l'avocat Thierry Braillard, un fonds d'investissement aurait offert plus de 60 millions d'euros à Waldemar Kita pour racheter le FC Nantes. Les négociations pourraient aboutir, mais le contrat de Vahid Halilhodzic poserait problème.

L'ère Kita pourrait prendre fin à la Beaujoire. Un fonds d'investissement a formulé une offre de rachat à Waldemar Kita, propriétaire du FC Nantes, affirme L'Équipe dans son édition du 7 juin. La proposition s'élèverait à plus de 60 millions d'euros. L'identité du potentiel acquéreur n'a pas été communiquée. 

Il s'avère néanmoins que celui-ci travaille avec l'avocat Thierry Braillard, ancien secrétaire d'État chargé des Sports sous la présidence de François Hollande entre 2014 et 2017. Retiré de la vie politique, l'homme de 55 ans ne serait toutefois pas appelé à prendre des responsabilités au sein du FC Nantes si le rachat se concrétise.

Selon l'AFP, qui confirme l'information, Waldemar Kita réfléchit actuellement à cette offre, même si elle est inférieure aux 100 millions d'euros généralement évoqués comme seuil minimum pour une vente par le dirigeant ou son entourage. Et d'après le quotidien Ouest-France, le processus de vente serait même "bien engagé et pourrait se conclure dans l'été".

Kita à l'écoute

Au club depuis 2007, très décrié par bon nombre de supporters, le président franco-polonais n'aurait notamment pas digéré l'annulation du projet controversé du nouveau stade YellowPark.

D'après le journal, le fonds d'investissement a donné son accord aux premières conditions posées par Waldemar Kita dans les négociations. D'autres détails restent à approfondir, tels que les modalités de paiement.

Halilhodzic sur la sellette

Si un nouvel organigramme serait déjà envisagé par le repreneur, une incertitude porterait sur Vahid Halilhodzic. Sous contrat jusqu'en 2020, l'entraîneur bosnien serait poussé vers la sortie. Mais le fonds d'investissement ne souhaiterait pas endosser la responsabilité d'un limogeage de ce grand nom du club revenu en octobre dernier pour maintenir le club après un début de saison calamiteux.

JA