RMC Sport

Nice-PSG: des Parisiens bien bousculés, mais vainqueurs du "match chinois"

Malmené par des Niçois enthousiastes, le PSG est parvenu à remporter son match diffusé en prime time en Chine dans les dernières minutes ce dimanche (1-2). Bonne publicité pour la Ligue 1.

Le spectacle au rendez-vous

C’était l’un des principaux enjeux de cette partie. Diffusé à 13h pour être le plus accessible possible en Chine mais aussi au Japon, en Thaïlande, en Indonésie, en Malaisie, à Hong-Kong et Singapour, ce Nice-PSG a pu enthousiasmé les nombreux téléspectateurs attendus. Au menu: un stade plein, du spectacle, des buts, des barres, du suspense, un renversement de situation avec les buts d'Angel Di Maria (21e) et Dani Alves (82e) après celui d'Allan Saint-Maximin (17e), du rythme, de l’engagement, peu de déchet, des fulgurances et des stars comme l'Argentin, le Brésilien et Mario Balotelli au rendez-vous. 

Un arbitrage moyen

Un penalty oublié pour une faute de Malang Sarr sur Edinson Cavani (12e), le signalement d’un hors-jeu inexistant de Kylian Mbappé dans une position avantageuse (30e), un coup franc très bien placé mais injustifié pour les Niçois sur une main plus qu’involontaire de Layvin Kurzawa (70e). François Letexier s’est déjà montré plus inspiré au sifflet que ce dimanche sur la pelouse de l’Allianz Riviera.

Di Maria s’éclate, Draxler ennuie

Une Madjer de volée (non conclue), un coup du foulard, une activité incessante devant, mais aussi derrière, et un très joli but avec un petit pont sur Dante et un superbe extérieur du pied (21e). Angel Di Maria, qui jouit déjà d’une très jolie cote au sein des clubs chinois, était bouillant. A l’inverse, Julian Draxler, positionné comme relayeur et remplacé à la 76e minute de jeu par Giovani Lo Celso, s’est montré bien moins impliqué et n’a guère pesé sur le jeu.

Des Niçois offensifs

Les Niçois, qui n’avaient plus perdu en Ligue 1 depuis le 10 février à Dijon (3-2) et restaient sur deux succès de rang contre Lille (2-1) et à Guingamp (2-5), se sont encore montrés à leur avantage. Beaucoup d’allant, de la rigueur et pour parfaire le tout, un attelage Allan Saint-Maximin-Mario Balotelli complice et dangereux devant. Pas suffisant toutefois pour venir à bout de Parisiens bien décidés à faire le show et engranger un huitième succès de suite en Ligue 1 pour tenir l’AS Monaco, qui compte un match en retard, à 17 points.

JBi