RMC Sport

OL : ce qu’il se passe en coulisses

Les joueurs de l'OL à l'échauffement

Les joueurs de l'OL à l'échauffement - AFP

Battu par Angers samedi (0-2), l’OL est vraiment dans le dur avec cinq matchs consécutifs sans victoire. Mais en coulisses, la patience de Jean-Michel Aulas gèle la situation. Pour l’instant, en tout cas.

Des réunions au menu

Au lendemain de la défaite de l’OL face à Angers (0-2), Jean-Michel Aulas participe ce dimanche à une série de réunions. Notamment avec le staff, qui a tendance à se ressouder dans la grosse tempête que traversent les Lyonnais avec leurs cinq matchs sans victoire. Mais entre Hubert Fournier et son groupe, pas encore de réchauffement. Les joueurs ont ainsi plutôt mal interprété le fait que l’entraîneur ne prenne pas le bus avec eux pour aller à la réception à la mairie de Lyon à l’issue du match samedi soir.

Le besoin de temporiser

Jean-Michel Aulas n’aime pas couper les têtes de ses entraîneurs. Il ne l’a fait qu’une fois en cours de saison, en 1996, en se séparant de Guy Stéphan. Alors Hubert Fournier devrait conserver son poste, au moins jusqu’à la trêve. Avec les déplacements à Valence mercredi et à Paris dimanche, la semaine à venir est déjà assez chargée. Et le président de l’OL n’a pas encore la solution de rechange idéale. Il pense aussi aux finances du club, à la malchance actuelle (11 poteaux depuis le début de saison) et aux nombreuses blessures qui affaiblissent l’effectif (Fékir, Fofana, Kalulu, Jallet, Rafael, Gonalons, Umtiti). En août 2014, "JMA" avait préféré laisser passer l’orage.

Houllier tenté, Juninho écouté

La situation de l’OL, qui pourrait se retrouver 6e de Ligue 1 à 19 points du leader parisien à la fin de cette 17e journée de Ligue 1, suscite évidemment quelques intérêts. Si le nom de René Girard a déjà été évoqué par certains, c’est un ancien entraîneur de l’OL qui se verrait bien faire son retour. En l’occurrence, Gérard Houllier, l’homme des titres de 2006 et 2007. Mais à 68 ans, ses ennuis cardiaques lui "interdisent" de s’asseoir sur le banc du nouveau stade. Juninho, lui, estime qu’il n’est pas encore prêt. Et il passe un diplôme UEFA de manager général en sept étapes jusqu’en 2017, qui l'emmènera à Nyon, New York, Paris, Barcelone, Amsterdam... Mais le Brésilien est très écouté par les joueurs, notamment lors de la réception à la mairie samedi soir…

Des anciens de retour

Si beaucoup d’anciens ont été fêtés à l’occasion de la dernière à Gerland ce samedi, quelques-uns se rapprochent encore plus du club. Cris, le "Policier" de l’époque bénie, fait désormais partie du staff des équipes de jeunes. D’abord stagiaire avec les U15 dans le cadre de la validation de son brevet d’entraîneur, il s’occupe aujourd’hui des U17. L’ancien défenseur brésilien se montre très volontaire dans le domaine de la "transmission de l’ADN de l’OL" aux jeunes pousses. Quant à Grégory Coupet, il doit revenir sur Lyon début janvier. Pour préparer la succession de Joël Bats, l’entraîneur des gardiens ?

la rédaction avec EJ