RMC Sport

OL: Garcia refuse de parler d'équipe "malade" et reste optimiste

Rudi Garcia, l'entraîneur de l'OL, était en conférence de presse à la veille du match de Ligue 1 contre Metz, et après le revers à Benfica mercredi en Ligue des champions (2-1). Malgré deux matchs sans victoire depuis sa prise de fonctions, l'ancien coach de l'OM positive.

L'optimisme était de mise pour Rudi Garcia en conférence de presse ce vendredi. Depuis son arrivée à la tête de l'OL, le technicien français a signé un match nul contre Dijon (0-0) et une défaite à Benfica (2-1). Mais l'ancien entraîneur de l'OM a tenu à retenir le positif avant d'affronter Metz samedi (20h), pour la 11e journée de Ligue 1. 

L'OL, "pas une équipe malade"

"Je pensais peut-être les joueurs capables de rebondir plus vite, a-t-il reconnu. Mais les signaux que je vois sont positifs. Je m’appuie sur ce qu’ils font de bien, même s’il faut évidemment corriger ce qu’ils ne font pas bien. Les deuxièmes périodes contre Benfica et Dijon ne sont pas celles d’une équipe malade. Il faut être capable de faire contre Metz ce qu’on a fait dans ces deuxièmes périodes."

Face à Dijon, l'OL a tiré 26 fois au but, pour 10 tirs cadrés. Mais Alfred Gomis, le gardien dijonnais, s'était distingué. "Cette équipe a montré qu’elle avait mis en difficulté le gardien de but, a souligné Garcia. Mais il n'y a pas que la performance du gardien adversaire, il y aussi un manque de détermination et d’adresse. On va la travailler pour certains."

"On était plus proche de le gagner que de le perdre"

Une situation différente de celle de Benfica. Mercredi, les Lyonnais ont raté leur première période avant d'égaliser dans la seconde. Ils se sont finalement inclinés sur une erreur d'Anthony Lopes. "A Benfica, on a démontré du caractère après avoir encaissé un but dès la 4e minute, a expliqué Garcia. Si on était une équipe qui lâchait, on aurait perdu autrement. On s’est montrésupérieurs à l’équipe locale. On a égalisé logiquement. On était plus proche de le gagner que de le perdre."

Lopes "a voulu transmettre son envie de gagner"

L'entraîneur de l'OL voit même du bon dans l'erreur de Lopes. "Malheureusement, cela arrive, a-t-il regretté. Antho, qui est un immense gardien et fait gagner des points depuis plusieurs saisons, a fait une erreur, cela arrive. Son erreur, je l’assume. Il y a plusieurs points positifs dans sa mauvaise relance. J'ai toujours dit que dans les mauvais moments, il y avait des choses à en tirer. Le positif, c'est qu'il a voulu transmettre son envie de gagner, d'aller marquer un deuxième but, relancer vite. Si jamais les joueurs n’osent pas, ne prennent pas de risque, on devient une équipe lisible banale, qui n'aura pas toutes les chances de gagner les matchs. Une erreur d’un gardien de but, cela se voit tout de suite, alors qu'un attaquant, c'est plus discret. Pourtant le résultat est le même, un but de plus ou un but de mois." 

La solidarité, un élément essentiel

Et il a apprécié la réaction de son groupe, solidaire de leur gardien. "J’ai vu tous mes joueurs aller voir Antho, le réconforter, a-t-il souligné. Et ça, c’est un signe très positif et très important. Cela prouve la solidarité d’un groupe et qu’on va s’en sortir. On a des joueurs de talent, je veux une équipe de talent. Et la solidarité, c’est un élément important."

Rudi Garcia espère également pouvoir compter sur le soutien du public samedi. "On verra demain, a-t-il déclaré. On est plus fort avec notre public qui met la pression sur l’adversaire. Si tel est le cas, tant mieux, on sera plus fort. Si tel n’est pas le cas, tant pis. C’est à nous de montrer qu’on fait tout pour gagner, qu’on se défonce pour l’OL. Si on fait ça, qu’on ajoute des buts, le public viendra. Ils aiment l’OL, c’est évident." 

HM avec Edward Jay