RMC Sport

OL : Rupture totale entre Fournier et ses joueurs

ENQUÊTE RMC SPORT. Après une élimination de toute compétition européenne et un naufrage vendredi à domicile face à Montpellier (2-4), les Lyonnais se déplacent ce mardi à Nantes dans une ambiance délétère. Révélations au cœur d'un vestiaire fracturé de toutes parts.

La scène se déroule mercredi matin dans l'intimité de Tola Vologe, le centre d'entrainement de l'OL. Bernard Lacombe, conseiller de Jean Michel Aulas, se présente devant le groupe et le staff. Il donne à chacun une lettre écrite par le président lyonnais pour tenter de les responsabiliser avant d'affronter Montpellier vendredi soir à 20h30. "J'ai tout fait pour vous. Je vous ai mis dans les meilleures conditions possibles. La masse salariale du club dépasse les 100 millions d'euros. J'ai besoin de vous. Il faut respecter l'OL, l'institution et son histoire..." explique en substance Aulas dans ce courrier.

Après le fiasco montpelliérain, le président lyonnais a décidé de garder le silence pendant 24h avant de reprendre la parole de nouveau devant son groupe dimanche. Mais avant de voir ses joueurs, Aulas s’est entretenu une heure avec son staff. "Il faut se bouger maintenant ! On est éliminés de la Ligue des champions mais on a des objectifs en Ligue 1. On est 4èmes, ce n'est pas normal. Je vous ai revalorisés, vous avez les clés !"

Lacazette : "On ne comprend pas les consignes"

Visiblement atteint, Aulas a les traits tirés. Certains joueurs sont même choqués. " On ne l'a jamais vu comme ça, confie l’un d’eux. Il était dépité, touché. Il parlait mais il avait l'air de souffrir de la situation". Lors de son briefing, le big boss lyonnais réclame davantage de communication entre les joueurs mais aussi entre joueurs et staff. Puis il interroge directement les coéquipiers de Maxime Gonalons en lançant : "Quelles solutions vous proposez ?".

Le capitaine lyonnais a alors pris la parole, exigeant une remise en question générale et demandant que les joueurs se livrent davantage à l'entrainement. Alexandre Lacazette a enchaîné et critiqué ouvertement le travail d'Hubert Fournier et de certains membres du staff. "Le travail tactique au quotidien est insuffisant, a-t-il asséné. Il faut plus de vidéo. On ne comprend pas les consignes. On ne sait pas comment jouer avec les recrues". D'autres joueurs ont également pris la parole pour soutenir les propos de leur buteur maison.

Le mea culpa de Fournier

Hubert Fournier a alors fait son mea culpa et admis "qu'il y a eu des manques tactiques" de la part du staff. Froissé, Bruno Génésio, l'un de ses adjoints encore apprécié des joueurs, a lui les yeux rougis. Certains membres du staff évoquent alors les retards réguliers à l'entrainement et les absences de joueurs aux diners d'après-match. La voix d'un cadre de l'OL s'élève alors dans le vestiaire pour dire : "ce n'est pas parce qu'on ne mange pas tous ensemble après un match qu'on va mieux jouer".

Très affecté par cet échange, l'entraîneur de l'OL décide du coup de réduire sa séance vidéo d’un quart d’heure, passant de 20 à 5 minutes.

Un joueur : "Les clans entre joueurs s'accentuent"

Isolé au sein même de son staff, Hubert Fournier ne parle quasiment plus à Michel Audrain, son plus proche adjoint qui est venu avec lui à Lyon. Un staff qui vit sous haute tension. En plein match face à la Gantoise mardi dernier, un échange virulent a même lieu entre Joël Bats, entraineur des gardiens, et Fournier, sur le but du club belge.

"Aujourd'hui, les joueurs ne croient plus au staff, raconte un proche du club. Hubert n'a plus de levier à actionner. On est arrivé à un point de non-retour." Un autre joueur confie : "On sent qu'il y a une fracture entre le coach et nous. La communication est réduite au quotidien à son strict minimum. Les clans entre joueurs s'accentuent notamment entre les dernières recrues (Valbuena, Yanga Mbiwa, Morel, Beauvue, Darder, ndlr) et ceux formés au club (Lacazette, Ferri, Tolisso, Umtiti).

Le changement de coach au cœur des débats

"La saison dernière, ils étaient tous à 120% à chaque entrainement. Ils demandaient même du rab après la séance. Aujourd'hui, ils ne s'entrainent qu'à 60%" confie un habitué de Tola Vologe. Mais le staff s'est aussi relâché après la saison dernière. Il manque de la rigueur au quotidien".

La question du changement de coach est désormais au coeur des discussions entre les joueurs. L'un d'eux concède : « on a l'impression qu'on n'avance plus. Il faut un électrochoc dans le vestiaire. Heureusement que le président est là pour nous parler car le discours du coach ne passe plus". En 28 ans de présidence, Jean-Michel Aulas, resté très proches de ses joueurs surtout ces derniers jours, n'a viré qu'une seule fois un entraineur en cours de saison : Guy Stéphan en 1995-1996. Mais les deux prochains matches à Nantes ce mardi et face à Angers samedi seront décisifs pour Hubert Fournier dont l’avenir s'inscrit désormais en pointillés à Lyon.

L.Briley et M.Bouhafsi