RMC Sport

OM-Brest: pression, vidéos, WhatsApp... Jean Lucas raconte la méthode musclée de Sampaoli

Prêté par l'OL au Stade Brestois, Jean Lucas retrouvera samedi au Vélodrome Jorge Sampaoli, le nouvel entraîneur de l'OM, qu'il a connu il y a deux ans à Santos. Dans un entretien à L'Equipe, le jeune milieu brésilien raconte à quel point l'Argentin a compté dans sa carrière.

Il le porte très, très haut dans son estime. Dans une interview donnée à L’Equipe, Jean Lucas se montre particulièrement élogieux à l’égard de Jorge Sampaoli. Un entraîneur qu’il a connu à Santos en 2019 et qu’il retrouvera samedi à l’occasion de la rencontre de Ligue 1 entre l’OM et le Stade Brestois, au Vélodrome (17h).

"Il m'a donné l'opportunité d'exploser au Brésil. (...) En 2019, j'étais à Flamengo, dans mon club, ma ville, j'avais fait environ 25 matchs. Et il m'a appelé pour le rejoindre à Santos mais je ne voulais pas. A Rio, tout le monde me connaissait, j'avais mes amis... Mais mon père m'a dit que ça pourrait changer ma vie. Et c'est vrai : en seulement quatre mois, Sampaoli a changé ma vie", affirme le jeune Brésilien (22 ans).

"Il m'envoyait tout le temps des vidéos"

Convaincu d’avoir passé plusieurs paliers grâce au coach argentin, chargé à Marseille de réveiller une équipe apathique et en panne de résultats, il n’a rien oublié de ses méthodes très particulières. "Il m'appelait tout le temps avant les entraînements pour des séances vidéo. Il me montrait des milieux de terrain qui jouent dans le même registre que moi et il me disait : "J'espère que tu sais faire ça ?" Il m'envoyait tout le temps des vidéos sur WhatsApp. Du coup, je venais avant les séances, je m'entraînais tout seul avec lui, et pareil après l'entraînement, on restait tous les deux", se souvient Jean Lucas, parti du Brésil à l’été 2019 pour rejoindre l’OL.

A l'époque, les médias brésiliens avaient d'ailleurs expliqué que le départ du milieu de terrain défensif, qui appartenait alors à Flamengo, avait provoqué la colère de Sampaoli, qui souhaitait que ses dirigeants à Santos formulent une offre pour pouvoir le recruter définitivement. L'ancien sélectionneur du Chili et de l'Argentine comptait sur Jean Lucas et voulait l'accompagner dans sa progression. Deux ans plus tard, il le retrouvera au Vélodrome. Dans le camp adverse.

RR