RMC Sport

OM: ce qu'il s'est passé en marge des excuses de Villas-Boas à La Provence

Lors de la conférence de presse de l'OM, qui a donné lieu ce vendredi à des excuses présentées aux journalistes par André Villas-Boas, une scène a pu prêter à confusion. Avant que l'entraîneur ne s'exprime, les journalistes étaient sortis de la salle. Mais ceux-ci n'avaient pas l'intention de boycotter la prise de parole du Portugais, avec qui les relations sont désormais apaisées.

La lettre d’excuses lue par André Villas-Boas au tout début de sa conférence de presse a donc permis, ce vendredi, de calmer le jeu et d’apaiser certaines tensions entre l’entraîneur de l’OM et la presse marseillaise. Plus particulièrement avec le journaliste de La Provence avec qui avait eu lieu une altercation verbale et physique, après le match à Rennes mercredi.

La Provence a d’ailleurs publié un article pour saluer ce geste d’apaisement de la part du coach marseillais. Et AVB a expliqué qu’il ne souhaitait plus parler de cet épisode et de sa nervosité actuelle, voulant se concentrer sur le sportif et les matchs importants qui attendent l'Olympique de Marseille.

Sur la forme, précisons d’ailleurs que certaines images de la conférence de presse ont pu prêter à confusion. Contrairement à ce que certains supporters de l’OM ont pu imaginer, les journalistes présents ce vendredi au centre Robert-Louis-Dreyfus n’avaient pas décidé de se lever dès l’arrivée d’André Villas-Boas en salle de presse. La volonté des suiveurs de l’OM n’était pas de protester, mais d’abord de se réunir, juste après la prise de parole d’Alvaro Gonzalez, pour discuter avec l’entraîneur olympien, en dehors de la salle de conférence de presse. Les journalistes ne souhaitaient pas que ces échanges se fassent en direct et face aux caméras du club, qui retransmet chaque conférence de presse. À ce moment-là, personne n’avait la certitude que l’entraîneur marseillais allait faire le premier pas en présentant ses excuses.

Échange cordial et volonté commune de clore l'incident

AVB s’est donc retrouvé, quelques instants, dans une salle de presse quasiment vide. Un très court moment de flottement puisque les journalistes ont rapidement regagné leur place en conférence de presse lorsque le service communication du club les a informés que Villas-Boas était déjà présent et qu’il avait un message à délivrer.

Après la séance de questions-réponses, André Villas-Boas a pris le temps de discuter quelques instants avec les journalistes présents sur place. Un échange cordial et une volonté commune de clore cet incident. Feuilleton terminé. Un coup de chaud qui, au final, ne reflète pas l’entente respectueuse et parfois chaleureuse qui a animé les relations entre AVB et la presse depuis son arrivée à Marseille.

Florent Germain