RMC Sport

OM: Courbis a des doutes sur le système "déséquilibré" de Sampaoli

Si l’OM de Jorge Sampaoli séduit sur le plan offensif en ce début de saison, le système utilisé par l’entraîneur argentin et les efforts demandés aux joueurs en font tiquer certains. A l’image d’un Rolland Courbis critique au lendemain du nul de Marseille contre Bordeaux en Ligue 1 (2-2).

Le revers de la médaille. Emballant offensivement et plein de folie, revenu un peu à l’époque de Marcelo Bielsa, l’OM de Jorge Sampaoli passionne autant qu’il divise. Avec un succès et un nul en deux matches (cinq buts marqués), l’Olympique de Marseille propose un jeu porté vers l’offensive depuis l’arrivée du coach argentin sur la Canebière.

Mais tournés vers l’attaque, les Marseillais laissent des espaces qui se traduisent souvent en buts. Ils en ont concédé quatre face à Montpellier (2-3) et Bordeaux (2-2) depuis la reprie de la Ligue 1. Contre les Girondis, ils semblaient se diriger vers une large victoire avant de flancher et d'être rejoints au score.

"Dans les vingt dernières minutes tu as la tête un peu à l’envers"

"J’espère que ça ne va devenir le dicton: 'Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?' Dans les 30 dernières minutes, tu ne sais plus où tu es et qui fait quoi, regrette notre consultant Rolland Courbis, ancien coach marseillais. La faute de Balerdi en un contre un (sur laquelle le défenseur marseillais se fait exclure, ndlr), c’est une faute qui manque de réflexion. Parce que ce n’est pas facile de jouer qu’à trois arrières centraux pendant plus d’une heure. Dans les vingt dernières minutes, tu as la tête un peu à l’envers (...) Je me dis, si je suis entraîneur avec un bel effectif, est-ce que je n'ai pas envie de le rencontrer cet OM déséquilibré? Sincérement, je serais curieux de voir ce qu'il se passerait."

Disposés dans un système en 3-2-4-1 un peu hybride et terriblement énergivore, les joueurs de Jorge Sampoali terminent souvent sur les rotules, ce qui amènent des déséquilibres coupables. Mais le coach argentin, lui, n’en démord pas et semble vouloir faire perdurer ces préceptes ultra-offensifs. "Il y a des épisodes dans le match qui font qu'on peut trouver des responsabilités mais il faut surtout retenir que quand on a le contrôle, il y a moins de fatigue, a expliqué Sampaoli après le match contre Bordeaux. Quand on joue dans le camp adverse aussi, il y a logiquement plus de fatigue. On reverra ce type de situation cette saison"

Romain Daveau Journaliste RMC Sport