RMC Sport

OM: Di Meco répond à ceux qui l'imaginent président du club

Dans le Super Moscato Show sur RMC, Éric Di Meco a assuré qu'il n'était absolument pas intéressé par un poste de dirigeant, voire de président, au sein de l'OM. L'ancien latéral gauche estime qu'il n'en aurait pas forcément les compétences, et admet aussi ne pas être emballé par de telles responsabilités.

Éric Di Meco s'imagine-t-il futur dirigeant de l'OM ? La question lui a été posée mardi par un auditeur de RMC, quelques heures après la conférence de presse explosive d'André Villas-Boas qui a abouti à sa mise à pied à titre conservatoire. Au vu de son passé, de sa popularité et de ses prises de position tranchées contre Jacques-Henri Eyraud dans la crise traversée par le club, beaucoup imaginent l'ancien latéral gauche prendre des responsabilités. "Je l'ai souvent dit: non, et à plusieurs titres", a-t-il cependant répondu, de façon catégorique, dans le Super Moscato Show.

Cette réponse négative, Éric Di Meco l'explique notamment par ses fonctions actuelles de consultant membre de la Dream Team RMC Sport: "Tu ne peux pas être à l'intérieur et à l'extérieur de la machine. Quand je parle à la radio, si j'ai une arrière-pensée, je ne suis plus crédible". Il raconte alors une anecdote pour illustrer son propos. "J'ai un pote qui m'a appelé ce matin, et il m'a dit: «Ah je t'ai entendu hier, c'est top et tout. Mais il y a quoi comme projet derrière?» Je lui ai dit qu'il n'y a pas de projet. On m'a demandé ce que je pensais".

"C'est un vrai métier"

"Je parle en tant que consultant média et ancien joueur, avec ce que je connais de cette ville et de ce club, explique-t-il. Je ne parle au nom de personne. Sans arrière-pensées. Il est hors de question pour moi de postuler à quoi que ce soit".

Face à la déception suscitée par sa réponse, Éric Di Meco reprend: "Ce n'est pas dommage. (...) Faire ça, c'est un vrai métier. Avoir un réseau, des mecs qui travaillent pour soi... Être président, c'est un métier. Gérer n'importe quel club de football, c'est un métier. Mais pour gérer l'OM, ça l'est encore plus". Un argumentaire qu'il a conclu par un élément déterminant: "Ce n'est pas la vie que je veux".

JA