RMC Sport

OM – Diaby: "J’ai besoin de me reconstruire"

Abou Diaby

Abou Diaby - AFP

EXCLU RMC SPORT – Après s’être engagé avec l’Olympique de Marseille, Abou Diaby a accordé ce mercredi un entretien exclusif à RMC Sport. L’ancien milieu de terrain d’Arsenal, qui n’a plus joué depuis deux ans, se dit heureux de ce nouveau défi et fait le point sur son état physique.

Pourquoi avez-vous choisi le projet de l’OM ?

Tout ce qui motivait mon choix, c’était de savoir quel club allait le mieux m’assister médicalement. C’était vraiment ma priorité. J’avais effectivement d’autres propositions. J’ai eu des contacts très très poussés avec West Bromwich. Les autres clubs avec qui j’ai également discuté me mettaient aussi dans de bonnes conditions, mais je trouvais que Marseille était mieux. Ça reste un grand club français. Je me suis dit ‘’pourquoi pas rentrer en France’’.

Est-ce que Marcelo Bielsa a eu un rôle important dans votre transfert à l’OM ?

Non. J’ai discuté avec les dirigeants.

Pour vous, que représente l’Olympique de Marseille aujourd’hui ?

On a tous aimé l’Olympique de Marseille car c’est le club qui a remporté la Ligue des champions. C’est le club qui nous a fait rêver à un moment donné. Pour moi, c’est un honneur d’être ici. J’espère que les choses se passeront bien par la suite.

Vous avez participé ce mercredi à votre premier entraînement à Marseille. Comment se sont passés les premiers contacts avec vos nouveaux coéquipiers ?

Je m’entraîne un peu à l’écart du groupe, à des horaires différents. Mais j’ai eu l’occasion de voir le groupe cet après-midi. C’est un bon groupe, jeune, avec de la vie et de la fougue. Pour ma part, je suis quand même un peu plus âgé qu’eux. Mais c’est bien aussi d’avoir un leader dans un groupe pour pouvoir faire le lien entre des jeunes et des joueurs un peu plus expérimentés, comme Lassana (Diarra) ou Steve Mandanda.

"Un rêve de pouvoir évoluer avec Lassana Diarra"

Avez-vous eu Lassana Diarra avant de venir à Marseille ?

Oui. On a un peu évoqué ça. Comme je l’ai souvent dit, c’était un rêve de pouvoir évoluer avec lui. Je n’ai pas pu le faire à Arsenal, ni en équipe de France. J’espère que ça sera l’occasion avec l’Olympique de Marseille. Après, je voulais être le plus pragmatique possible dans ma réflexion, le plus clair possible. Je ne voulais pas tirer des conclusions affectives. La réalité est différente. Je n’ai pas joué depuis deux ans. J’ai besoin de me reconstruire, de me remettre dans de bonnes dispositions pour rejouer au football. Ce n’était pas un choix facile. Mais j’ai fait mon choix, je me sens apaisé et je vais me mettre à travailler.

Appréhendez-vous votre retour sur le terrain ?

C’est plus important pour moi de savoir comment je vais être préparé et comment mon corps va répondre. Ça engendre forcément de l’appréhension. J’ai toujours énormément travaillé, en faisant beaucoup d’effort. Mais je récoltais peu. Encore une fois, j’ai la chance d’être dans un grand club, mais aussi avec un staff médical très performant.

Que pensez-vous de la vive émotion à Arsenal après votre départ ?

Je suis également touché. En neuf ans, j’ai eu des moments difficiles, mais aussi de très très beaux moments. J’ai eu la chance de côtoyer un entraîneur comme Arsène Wenger, qui est un très très grand entraîneur et un grand homme également. J’ai ce regret de ne pas avoir pu exprimer toutes mes qualités et tout mon potentiel. Je suis arrivé jeune, j’avais à cœur de pouvoir évoluer dans ce club et presque de terminer ma carrière là-bas. Ma vie a fait que ça n’a pas été le cas. Maintenant, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre. Je vais tout faire pour pouvoir revenir à un bon niveau et retrouver du plaisir.

"L'équipe de France reste dans un coin de ma tête"

Quel regard portez-vous sur la Ligue 1, que vous avez quitté il y a un moment maintenant ?

Le championnat français a toujours été un championnat composé de très grands joueurs. Chaque année, on le voit avec le marché des transferts. Ça reste un gros championnat. Au fil des années, la Ligue 1 est devenue de plus en plus attractive et compétitive. Pour moi, c’est une bonne chose de revenir ici. Je sais qu’il y aura des gros matches le week-end.

Aviez-vous l’équipe de France en tête en choisissant l’Olympique de Marseille ?

Quand tu es joueur de foot, que tu as l’Euro qui se joue en France, tu as forcément envie d’y aller. Mais aujourd’hui, je veux avoir une démarche différente. Je veux y aller crescendo, en y allant petit à petit. Les choses viendront naturellement. Je n’ai pas joué pendant deux ans et ça prend du temps. Je veux faire étape par étape. Je continue à travailler, mais l’équipe de France reste dans un coin de ma tête. Mais je n’ai pas envie que ça exerce une sorte de pression sur mes épaules. Je veux voir comment je vais retrouver mes sensations et le plaisir de rejouer au football. Quand j’y serai parvenu, il y aura forcément de nouveaux objectifs. J’y vais tranquille et on verra ce qu’il se passera.

Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter pour cette nouvelle aventure à Marseille ?

A titre personnel, que je retrouve un bon niveau physique qui me permette de jouer et d’être performant pour pouvoir réintégrer l’équipe et l’aider à atteindre ses objectifs cette saison.

Propos recueillis par Houssem Loussaïef