RMC Sport

OM: Lassana Diarra parle d’une "prise d’otage"

Lassana Diarra, l'ancien joueur de l'OM

Lassana Diarra, l'ancien joueur de l'OM - -

Lassana Diarra, qui a quitté l’OM le 14 février après plusieurs mois d’imbroglio, a donné sa version des faits ce lundi sur BeIN Sports. L’international français (31 ans) n’y est pas allé de main morte.

Une longue explication. Un peu moins d’un mois après avoir résilié son contrat avec l’OM, le 14 février dernier, Lassana Diarra a donné sa version des faits ce lundi sur BeIN Sports à propos de sa situation conflictuelle avec le club marseillais ces derniers mois. L’international français, qui s'est senti "trahi", a commencé par revenir sur la clause en sous-seing privé qu’il avait signée en arrivant à l’OM en 2015, stipulant qu’il devait être libéré en cas de proposition intéressante, et qui n’a pas été respectée alors qu’il s’était engagé à épargner le club marseillais dans son litige avec le Lokomotiv Moscou.

A voir aussi >> OM : Lassana Diarra, c'est officiellement fini

"Au mois de septembre (2015), le Lokomotiov tente d’assigner l’OM pour réclamer le dû. Avec mes avocats, j’ai signé un papier que j’ai envoyé à la FIFA où j’ai déchargé l’OM pour dire que l’amende n’a rien à voir avec l’OM. L’OM est au courant et m’a convoqué quelques heures après pour me remercier. Pour moi, c’est ce qui était convenu." Mais les dirigeants marseillais ne cèdent pas. Et Lassana Diarra ne change pas d’avis. Même lorsque le futur repreneur et ses proches (McCourt, Poulmaire, Eyraud) lui disent qu’ils vont compter sur lui. 

"Je suis plutôt flatté mais moi, je veux partir, explique Lassana Diarra. Pour des raisons qui ne regardent que moi, et je n’ai pas besoin de me justifier, je veux partir. On m’écoute. Un échange très cordial, aucune animosité. Le lendemain, on discute, « tu ne vas pas partir ». Je ne crache pas dans la soupe, c’était un discours flatteur. Mes coéquipiers m’ont nommé capitaine. Ils ont envie de m’impliquer dans le projet. Mais je veux partir." Et fin août, le milieu de terrain marseillais reçoit une proposition qui lui convient. Il explique que Franck Passi, alors entraîneur, savait qu’il allait partir.

"Ça aurait été mieux qu’on me libère au mois d’août"

"La direction me dit que je ne vais pas partir, confie l’ancien joueur du Real Madrid. A ce moment-là, j’ai 10,5 millions d’amende, j’ai loupé l’Euro, je suis blessé… J’allais dans une équipe qui aurait réglé mon amende, aurait changé mon contrat. Parce qu’à l’OM, j’ai signé un contrat et je n’ai jamais renégocié. Sauf que là, on me dit : "Non, tu vas rester, tu vas nous aider et au pire, au mois de janvier, on te laissera partir". Moi, je n’ai pas demandé à l’Olympique de Marseille de payer mon amende. Ça aurait été mieux qu’on me libère au mois d’août. Je ne peux pas aller en conférence de presse le 3 septembre et dire que la veille, la nouvelle direction, qui n’est pas encore là, m’a bloqué."

"Ça a forcément un impact sur ma relation avec le club, l’entraîneur, sur beaucoup de choses, ajoute Lassana Diarra. C’est une prise d’otage. (…) Ce problème aurait pu être réglé depuis août. (…) J’ai eu des discussions honnêtes avec le président, monsieur Eyraud. Il a été honnête envers moi. Je ne lui en veux pas. Il y a eu un désaccord qui a duré, qui a provoqué tout ce qu’il s’est passé pendant ces six mois." Au cours de cette première partie de la saison 2016-2017, Lassana Diarra n’a pas compris non plus le choix de Rudi Garcia de lui retirer le brassard de capitaine à son arrivée, juste avant PSG-OM. Parce qu’il a un statut. Et qu’il n’a pas à faire ses preuves, selon lui.

"Au niveau de la Ligue 1, je n’ai rien à prouver moi"

"Il arrive. La première chose (qu’il fait), c’est de me retirer le brassard. Moi, je pense aujourd’hui que c’est plus médiatique qu’autre chose. Je n’en veux pas aux supporters, parce qu’ils ne comprennent pas. Ils ouvrent La Provence, L’Equipe, « Lassana, il veut absolument partir pour payer son amende, il s’en fout ». Je l’ai accepté parce qu’à cette période de l’année, je n’ai pas mis mon intérêt personnel avant le collectif. Mais je n’ai pas compris. On a eu une discussion à ce sujet-là."

"Si on fait ça, qu’on aille au bout, poursuit Lassana Diarra. On ne peut pas venir me dire, à moi, Lassana Diarra : « Tu vas jouer, on va voir ». On va voir quoi ? Il faut arrêter. Ce n’est pas à moi qu’on va raconter qu’il faut que je fasse mes preuves et en fonction, on va voir si on peut faire ceci ou cela. C’est une blague ! Au niveau de la Ligue 1, je n’ai rien à prouver moi. Je n’ai pas peur de le dire. Je ne peux pas accepter que mon club me dise qu’il faut que je prouve, à l’OM." Ce litige avec le Lokomotiv Moscou, qui a contribué à pourrir son passage à l’OM, Lassana Diarra annonce l’avoir réglé. Il ne sait pas s’il rejouera. Mais sa carrière aura été marqué par des séparations difficiles…

A voir aussi >> Lassana Diarra a réglé son conflit avec le Lokomotiv... et renonce à rejouer au plus haut niveau