RMC Sport

OM: le coup de gueule de Villas-Boas contre le rassemblement des supporters du PSG

Présent ce jeudi en conférence de presse, André Villas-Boas s'est dit très étonné par la présence de milliers de supporters parisiens qui a eu lieu mercredi aux abords du Parc des Princes à l'occasion de la rencontre de Ligue des champions entre le PSG et le Borussia Dortmund (2-0). Il ne comprend pas comment ce rassemblement a été autorisé alors que le match se jouait à huis clos pour des raisons sanitaires.

Un stade à huis clos, oui, mais une ambiance assourdissante à l’extérieur. S’ils ont affronté le Borussia Dortmund devant des tribunes vides mercredi soir au Parc des Princes, en huitième de finale retour de la Ligue des champions (2-0), les joueurs du PSG ont pu entendre leurs supporters qui avaient décidé de se rassembler derrière la tribune Auteuil pour soutenir leur équipe. Fumigènes, pétards et même feux d’artifice ont embrasé l’atmosphère autour du stade.

Des images qui sont surpris André Villas-Boas. Présent ce jeudi en conférence de presse, à deux jours du déplacement de l’OM à Montpellier à l’occasion de la 29e journée de Ligue 1, l’entraîneur marseillais s’est montré critique envers ce rassemblement. "La préfecture de Paris a autorisé ce qui s’est passé. C’est ridicule, c’est mon opinion. C'était un vrai spectacle. Normalement, la chose la plus importante après ta famille, c’est ton club de cœur. Mais la famille reste plus important", a-t-il lancé.

"J'espère que l'on ne fera pas pareil pour OM-PSG"

"Imaginez combien de Marseillais viendraient près du Vélodrome si c'était autorisé pour OM-PSG. C'est incroyable qu'une chose comme cela soit autorisée. On ne peut pas fermer les écoles, les musées, avoir un match à huis clos et laisser 2.000 ou 3000 personnes dehors. Pour moi c'est un scandale! Mais je ne peux rien y faire et pour eux c'était fantastique. Si une personne de ma famille est touchée atteinte à cause de quelqu'un de cet événement, je fais quoi? Porter plainte contre la préfecture de Paris? Ce n'est pas normal. Soit en prend des mesures, soit on n'en prend pas. Si on joue à huis clos, il faut rester à la maison. On a besoin d'accords planétaires et européens. Je me considère comme européen et il faut prendre une décision. Je suis seulement un entraîneur, mais ça m’a semblé ridicule", a poursuivi Villas-Boas, avant de faire passer un message aux supporters marseillais. Il ne veut pas les voir se rassembler devant le Vélodrome pour le choc contre le PSG, qui se déroulera à huis clos le 22 mars.

"J'espère que l'on ne fera pas pareil pour OM-PSG. La fièvre du supportérisme peut te pousser à faire ce type de chose. Mais là l'important ce n'est pas la compétition, l'essentiel c'est la santé de sa propre famille. Il faut un peu de conscience civique", a déclaré le technicien portugais, qui serait favorable à un arrêt de la Ligue 1. "On doit faire confiance à l'Etat après ses mesures. On doit aussi veiller à ce qui va être décidé. C'est le huis clos et on va le respecter. Mon opinion est qu'il faut tout suspendre le plus vite possible. En Chine on a tout suspendu alors qu'en Europe on prend plus de liberté avec les règles. Je suis prêt à suspendre mon salaire. Je fais confiance à l'Etat et j'espère que l'on restera à la maison s'il y a une quarantaine. Je trouve terrible que le Portugal n'ait pas pris de mesure, c'est une honte pour moi", a-t-il appuyé. En France, les rencontres de Ligue 1 et Ligue 2 se joueront à huis clos jusqu’au 15 avril.

RR avec FGe