RMC Sport

OM: Milik a vécu beaucoup "de choses étranges" depuis son arrivée

Buteur sur penalty lors d'OM-OL (1-1) dimanche, Arkadiusz Milik reconnait avoir vécu des premiers mois intenses depuis aon arrivée au club en janvier de l'attaque de la Commanderie jusqu'au départ de Jacque-Henri Eyraud de la présidence.

Depuis l'officialisation de son prêt avec option d'achat le 21 janvier dernier, Arkadiusz Milik a découvert la folie qui entoure parfois l'OM avec une succession rocambolesque d'évènements autour du club. Il y eut d'abord l'attaque de la Commanderie par plusieurs centaines de supporters mécontents contre la direction. Des débordements qui avaient provoqué le report du match face à Rennes et décalé ses grands débuts sous le maillot marseillais. Il y eut ensuite la démission de l'entraîneur André Villas-Boas, transformé en mise à pied par le club. Dernier coup de tonnerre en date: le départ de Jacques-Henri Eyraud de la présidence du club en faveur de Pablo Longoria.

Ce climat n'a pas déstabilisé l'attaquant polonais, habitué à l'ambiance survoltée de Naples, son ancien club. Mais le joueur a tout de même confié sa surprise, sur Canal+, dimanche après le match nul face à l'OL (1-1). Il a d'ailleurs égalisé sur penalty le jour de ses 27 ans, pour inscrire son deuxième but en trois matchs avec Marseille.

"Beaucoup de choses étranges se sont passées depuis mon arrivée, a-t-il reconnu. Je suis juste concentré sur le football, pour être meilleur, pour être sur le terrain et retrouver le rythme puisque je n'ai pas joué depuis longtemps. Je suis heureux de marquer des buts et de jouer. J'ai juste hâte de jouer mon jeu, aider l'OM à a gagner des matchs et je suis juste concentré sur ça. Je suis concentré sur le football, je n'ai pas fait attention à ça pour être honnête."

Au placard à Naples en première partie de saison sur fond de désaccord avec sa direction, Milik veut enfin enchaîner en pensant à l'Euro 2020 avec la Pologne, mais aussi à son avenir alors qu'il pourrait retourner en Italie l'été prochain. Il devra le faire sous les ordres du nouvel entraîneur, Jorge Sampaoli, attendu ce lundi à Marseille/

"Pour être honnête, je ne connais pas beaucoup de choses sur lui, a-t-il admis. J'ai entendu des histoires mais c'est trop tôt pour dire quelque chose. il doit d'abord arriver, on doit s'entraîner avec lui et ensuite, je parlerai. J'espère que c'est une bonne personne, un bon entraîneur et qu'on va commencer à gagner avec lui."

Nicolas Couet Journaliste RMC Sport