RMC Sport

OM-Montpellier: après une fin de match ultra tendue, Marseille laisse filer la victoire

Après trois victoires de suite, l'OM a été accroché ce samedi par Montpellier (1-1) au Vélodrome, à l'occasion de la sixième journée de Ligue 1. Longtemps menés au score, les Marseillais ont pu compter sur Valère Germain pour accrocher le nul. La fin de match, très houleuse, a été marquée par trois exclusions.

Mais qui veut de la première place en Ligue 1? Après Nantes, qui a manqué l’occasion de prendre provisoirement les commandes du championnat en s’inclinant vendredi à Strasbourg (2-1), c’est l’OM qui a raté une belle opportunité ce samedi. Marseille, qui restait sur trois victoires de suite contre Nice (2-1), Saint-Etienne (1-0) et Monaco (4-3), a été tenu en échec à domicile par Montpellier (1-1). Cet accroc prive les Olympiens de la première place et les laisse à un petit point du leader parisien.

Voilà le constat que dresseront les partisans du verre à moitié vide, qui souligneront aussi que Dario Benedetto est resté muet pour la première fois depuis le 17 août. Les plus optimistes noteront que Marseille est invaincu depuis quatre matchs et continue d'afficher des progrès dans le jeu. Les protégés de Michel Der Zakarian, eux, s’invitent dans la première partie du classement (10e). Il leur faudra se montrer plus inspirés offensivement et plus consistants dans le jeu pour se rapprocher du podium dans les semaines à venir.

Le VAR prive Delort d'un doublé

Car au Vélodrome, où le coup d’envoi a été retardé de cinq minutes en raison du Trophée des championnes, les Héraultais ont été dominés comme rarement. Ce sont pourtant eux qui ont longtemps fait la course en tête grâce à un but contre son camp de Bouna Sarr. Aligné comme latéral droit, avec Valère Germain devant lui, l’ancien Messin a eu la malchance de tromper Steve Mandanda à la 17e minute de jeu en reprenant un centre tendu de Florent Mollet.

Le portier marseillais avait déjà été chercher le ballon au fond de ses filets six minutes plus tôt, mais l’arbitre Amaury Delerue avait logiquement refusé le but d’Andy Delort, avec l’aide du VAR, pour une position de hors-jeu de l’attaquant montpelliérain. L’ancien Toulousain a une nouvelle fois eu affaire au VAR à la 52e. Alors qu’il pensait avoir doublé la mise pour les siens d’un joli tir croisé du droit, il a vu l’arbitre finalement refusé son but pour un nouvel hors-jeu. S’ils ont été sauvés à deux reprises par l’assistance-vidéo, Morgan Sanson et ses coéquipiers ont globalement eu la maîtrise du jeu. Une fois l’ouverture du score digérée, les Marseillais ont confisqué le cuir pour s’installer dans le camp adverse.

Germain fait céder le mur Rulli

Ils ont toutefois manqué de justesse aux abords de la surface adverse. Ils sont aussi tombés sur un Rulli en grande forme. Arrivé cet été en provenance de la Real Sociedad, sous la forme d’un prêt avec option d’achat, l’Argentin a confirmé son très bon début de saison en repoussant notamment une lourde frappe de Maxime Lopez (3e) et un tir sans contrôle de Dario Benedetto d’une sublime claquette (36e). Mais le mur montpelliérain a fini par céder.

Déjà buteur il y a une semaine à Monaco, Valère Germain a inscrit son deuxième but de la saison à la 74e en reprenant du plat du pied droit un centre de Nemanja Radonjic, lancé sept minutes plus tôt à la place de Morgan Sanson. En l'absence de Florian Thauvin, qui ne pourrait retrouver les terrains qu'en 2020, Germain continue donc de prouver qu'il peut rendre de précieux services dans un rôle inhabituel pour lui d'ailier droit. C'est ensuite une nouvelle parade de Rulli qui a empêché l’OM de prendre les devants à la 82e sur une reprise de Valentin Rongier, lui aussi lancé en seconde période en remplacement de Kevin Strootman.

Trois rouges en fin de match

Cette fin de match a aussi été marquée par un festival de fautes et une pluie de cartons rouges. Ce sont d'abord Jordan Ferri et Boubacar Kamara qui ont été renvoyés aux vestiaires à la 92e à la suite d'une échauffourée. Ils ont été rejoints deux minutes plus tard par Dimitri Payet, coupable d'un vilain tacle par derrière sur Vitorino Hilton.

L'international français s'expose à une lourde sanction de la part de la commission de la LFP pour s'être ensuite adressé à l'arbitre de manière très véhémente. Après le coup de sifflet final, c'est Villas-Boas qui a exprimé toute sa frustration en allant directement voir le corps arbitral dans les couloirs du Vélodrome.

Alvaro blessé, casse-tête à venir pour Villas-Boas?

C’est l'autre mauvaise nouvelle de la journée pour l’OM. Visiblement touché à la jambe droite, Alvaro Gonzalez a dû céder sa place à Duje Caleta-Car après seulement sept minutes de jeu. Reste à connaître la durée de l’indisponibilité de l’Espagnol, qui a rapidement pris ses marques dans son nouveau club. Prêté avec option d’achat par Villarreal, il a déjà conquis le Vélodrome par sa hargne et son sens du placement. Un vrai guerrier qui a également séduit André Villas-Boas.

"Il s'est très bien adapté, notamment dans sa relation avec Kamara. Il contrôle beaucoup de choses sur le terrain, il apporte son expérience", confiait le technicien portugais cette semaine en conférence de presse. Si la blessure de Gonzalez se confirme, c’est avec une défense centrale très expérimentale que l’OM pourrait se présenter à Dijon, mardi (19h), car Kamara est suspendu pour cette rencontre (et il pourrait manquer d'autres rencontres après son exclusion au Vélodrome). Villas-Boas n'a plus qu'à espérer qu'Hiroki Sakai, qui a déjà dépanné dans l'axe par le passé, soit rapidement débarrassé de sa gêne musculaire au mollet.

>> Revivez la rencontre entre l'OM et Montpellier

RR