RMC Sport

OM–Nice: les notes

-

- - -

Pour sa première au Vélodrome, Valère Germain, l’enfant de Marseille, a scellé la victoire de Nice face à l’OM (0-1). Une rencontre marquée par une nouvelle prestation rayonnante de l’entrejeu niçois emmené par Nampalys Mendy.

TOPS

Valère Germain

Le natif de Marseille, qui avoue supporter l’OM, n’avait jamais foulé la pelouse du Vélodrome. Pour sa première, l’attaquant niçois (25 ans) prêté par l’AS Monaco n’aura dû patienter que 17 minutes pour ouvrir le score. Bien servi par Wallyson, Valère Germain s’est joué de l’axe défensif olympien, il est vrai bien conciliant, pour battre Steve Mandanda d’une jolie frappe croisée à ras de terre de l’extérieur de la surface. Son 5e but en Ligue 1 cette saison. Par ses appels, sa technique et son intelligence de jeu, il n’a ensuite jamais cessé de peser, même quand son équipe était dominée en seconde période.

Le trio du milieu niçois

Epatants depuis le début de saison, Nampalys Mendy, Vincent Koziello et Jean Seri ont parfois ridiculisé leurs homologues olympiens en première période, à base de jeu court et de passes redoublées. Dans le concert des équipes de Ligue 1 à la justesse technique souvent incertaine, PSG mis à part, le trio affiche un talent rafraîchissant. Mention spéciale à Nampalys Mendy, tonique et souverain dans l’axe. L’ancien de Monaco (23 ans) harcèle, récupère, transperce et oriente avec justesse.

Le Marchand

En l’absence de Mathieu Bodmer, Maxime le Marchand a été l’élément autour duquel s’est organisée une défense niçoise qui a souffert après la pause. Toujours bien placé, le plus souvent assigné au marquage de Michy Batshuayi, il n’a jamais rompu.

FLOPS

Steve Mandanda

S’il a sorti une belle frappe d’Hatem Ben Arfa (32e), son placement sur le but de Germain l’empêche d’intervenir sur une frappe déclenchée de loin, certes bien placée mais pas non plus surpuissante. Une erreur qui coûte à son club sa 6e défaite de la saison. Dommage car il sort d’une belle envolée un coup franc de Seri (78e) qui partait très bien.

L’inefficacité offensive olympienne

Baladé avant la pause, l’OM pourra ressasser une seconde période que le club olympien aura dominé. Mais les Marseillais, à l’image de Michy Batshuayi, ont trop peu cadré (3 sur 14) pour espérer arracher un point. Rémy Cabella et Romain Alessandrini ont manqué. La relation technique entre Lucas Ocampos, George-Kévin Nkoudou et le Belge fut quasi nulle. Les attaquants marseillais avaient de la gnaque, mais trop peu de football.

Stéphane Sparagna

Nicolas Nkoulou suspendu, son remplaçant Stéphane Sparagna a souffert. Il est clairement impliqué sur la percée victorieuse de Valère Germain. Il conclut son œuvre d’un carton jaune pour une charge sur Mahamane Traoré.

OM 
Mandanda : 5
Manquillo : 5
Sparagna : 4
Rekik : 4,5
Mendy : 5
Romao : 5
Barrada : 5,5
Silva : 5
Ocampos : 4,5
Nkoudou : 5
Batshuayi : 5,5

Nice
Hassen : 6
Pereira : 5,5
Le Marchand : 6,5
Baysse : 6
Pied : 6
Seri : 6,5
Mendy : 7
Koziello : 6,5
Wallyson : 6
Ben Arfa : 6,5
Germain : 7

la rédaction