RMC Sport

OM-OL: prison ferme pour trois supporters marseillais

-

- - -

Trois supporters de l’OM ont été condamnés à des peines de quatre et six mois de prison ferme par le tribunal de grande instance de Marseille, ce mardi après les incidents en marge du choc OM-OL, dimanche.

Après l’emballement médiatique qui a suivi le choc OM-OL, les premières sanctions n’ont pas tardé à tomber. Six supporters marseillais ont ainsi été convoqués par la justice pour répondre de divers actes en marge de la rencontre. Parmi eux, trois ont souhaité être jugés en comparution immédiate. Ils ont donc été entendus ce mardi par le tribunal de grande instance de Marseille pour répondre de jets de pétards, fumigènes ou projectiles sur les forces de l'ordre avant le match.

Ces « fauteurs de trouble » ne se revendiquent d’aucun groupe de supporters. L'un veut devenir chasseur alpin, un autre pompier et le troisième suit actuellement un master en école de commerce. Pour sa défense, l’un des suspects a expliqué avoir seulement jeté un gobelet en plastique avec du pastis vers les forces de l’ordre. Mais cela n’a pas empêché un réquisitoire très sévère puisque des peines de prison ferme ont été demandées pour cinq des six prévenus avec des interdictions de stade de 3 ans. Selon les avocats habitués à traiter ce genre d’affaire, les réquisitions apparaissent beaucoup plus sévères que d’habitude. Ces derniers craignaient notamment que ces supporters servent d’exemples après l’emballement médiatique.

Deux ans d’interdiction de stade

Le délibéré s’est finalement montré (un peu) plus clément puisque les trois supporters jugés ce mardi ont écopé de peine de prison ferme moins longue que celles demandées lors du réquisitoire : quatre mois pour l’un et six mois pour les deux autres, sans mandat de dépôt. Si aucun n’ira donc en prison, les trois protagonistes ont écopé d’une interdiction de stade de deux ans. Les trois supporters qui seront jugés plus tard ont été placés sous contrôle judiciaire avec obligation de pointer au commissariat avant l’audience renvoyée au 23 octobre.