RMC Sport

OM: Rongier raconte la "cassure" avec Villas-Boas avant son départ

Dans un entretien pour La Provence ce samedi, à la veille de la réception d'Angers pour l'OM (ce dimanche à 21h), Valentin Rongier est revenu notamment sur le départ d'André Villas-Boas en cours de saison. Le milieu phocéen confie que le technicien portugais pensait à la fin que les joueurs l'avaient lâché.

Les derniers mois à l'OM ont été mouvementés, des incidents survenus au centre d'entraînement de la Commanderie en début d'année au départ d'André Villas-Boas quelques jours plus tard. Si depuis Jorge Sampaoli est arrivé pour finir la saison, où le club phocéen se bat pour une place en Ligue Europa, les derniers jours du technicien portugais à la tête de l'OM ont été compliqués avec les joueurs.

Rongier évoque "une cassure"

Dans un entretien à La Provence ce samedi, Valentin Rongier revient sur le départ de Villas-Boas, le 2 février dernier. "Quand il nous en parle, on s'en doutait un peu. Deux jours avant, il y avait eu des discussions, ça avait un peu clashé, on a senti qu'il était plus détaché que d'habitude, on a comméncé à se questionner, indique le milieu de l'OM. Après une défaite, il était venu dans le vestiaire. Il était mécontent de nous, avait l'impression qu'on le lâchait. Que si c'était le cas, il était prêt à partir car il voulait un groupe soudé et derrière lui."

Avant son départ, André Villas-Boas restait sur quatre défaites de rang avec ses joueurs, dont la dernière en date le 23 janvier face à l'AS Monaco (3-1) en Ligue 1. Puis, le technicien portugais avait démissionné quelques jours plus tard, en désaccord avec sa direction, notamment sur le recrutement d'Olivier Ntcham. Mais le divorce était sans doute plus profond. "Il sait très bien qu'à partir du moment où un groupe lâche son coach, c'est fini, estime Rongier. Il y a eu pleins de petites discusssions inhabituelles, ça a peut-être crée une cassure."

Pour remplacer provisoirement André Villas-Boas, c'est Nasser Larguet, alors responsable du centre de formation, qui avait pris la tête de l'équipe. "On avait encore des choses à faire, estime tout de même Rongier à propos de Villas-Boas. Lui a subi la situation du club par rapport à la direction, le groupe était en plein remaniement. Plus la saison touche à sa fin, plus les joueurs qui savent qu'ils vont partir se sentent moins concernés, c'est totalement humain. Il a payé un peu tout ça."

GL