RMC Sport

Présidence LFP: "Il devra faire ses preuves", la réaction d'Aulas à l'élection de Labrune

Soutien de Michel Denisot, Jean-Michel Aulas a réagi ce jeudi à l'élection de Vincent Labrune à la présidence de la Ligue de football professionnel (LFP). Le président de l'OL reconnaît une certaine "déception" sur la méthode.

Jean-Michel Aulas n'affichait pas un large sourire derrière son masque, mais veut tout de même dégager du positif de l'élection de Vincent Labrune ce jeudi, à la présidence de la Ligue de football professionnel (LFP). L'ancien dirigeant de l'OM a été préféré à Michel Denisot, que le président de l'OL soutenait. 

"Il devra faire ses preuves. Ce ne sera pas facile pour lui, en étant élu avec 45% des voix. Il a beaucoup de compétences et devra les mettre en valeur", prévient déjà Jean-Michel Aulas. 

"Il y a toujours de la déception quand les choses se passent un peu à l'arrachée, de la manière dont cela s'est passé. Je trouvais que la candidature de Michel Denisot était une chance pour la Ligue, car c'est un homme droit. J'avais même reçu ce matin un message de Bernard Tapie me disant combien il l'appréciait et que c'était un homme bien, raconte Jean-Michel Aulas. Je pense que tout le monde imaginait qu'il pouvait être élu. Maintenant, l'élection de Vincent permet de passer dans une autre phase. On le sait, l'innovation, le changement peuvent apporter des choses positives. Non, c'est la fatigue, parce que j'étais hier au conseil fédéral, je suis rentré pour des réunions publiques, je me suis levé de très bonne heure et la journée a effectivement été fatigante. Mais on a tous fait le travail."

Viser le top 4 du classement européen

Parmi les objectifs fixés et auxquels tient Jean-Michel Aulas, le classement de la France sur la scène européenne. Après la finale de Ligue des champions perdue par le PSG contre le Bayern (1-0) et la demi-finale de l'OL, la France est cinquième. 

"L'objectif est de se rapprocher des organisations qui performent, en particulier de la Ligue anglaise, qui est une société commerciale, avec un rattachement à la Fédération. Il va falloir se fédérer, être encore plus innovant et aller chercher les ressources qui permettront au football français de se rapprocher sur le plan sportif, sur le plan performance, des clubs et autres nations qui sont devant nous. Pour avoir des revenus maximums en Europe, il faut être quatrième, insiste Aulas. Pour l'instant nous sommes cinquième. Grâce au PSG et un peu à l'OL, on a ramassé pas mal de points ces dernières années et on va continuer, avec de nouveaux arrivants, à essayer d'avoir le meilleur ranking possible." 

A.Bo avec A.Valadon