RMC Sport

PSG - Cavani : "Les trois années les plus dures de ma carrière"

-

- - AFP

Relégué sur le banc cette saison et cible récurrente des critiques, Edinson Cavani s’est confié à Téléfoot. Dans un entretien qui sera diffusé dimanche, l’attaquant uruguayen explique avoir vécu au PSG les « trois années les plus dures » de sa carrière. Et souhaite discuter avec les dirigeants en fin de saison.

Régulièrement annoncé du côté de la Juve, Edinson Cavani vit une saison difficile avec le PSG. Remplaçant et doublé dans la hiérarchie parisienne par Lucas, l’Uruguayen est la cible favorite des critiques, qui ne l’ont pas épargné depuis son arrivée en 2013. Dans un entretien accordé à Téléfoot et qui sera diffusé dimanche sur TF1, l’attaquant a confié son mal-être.

Pas de problème avec Zlatan

« J'ai passé les trois années les plus dures de ma carrière, explique le Matador, dans un extrait dont l’AFP a pris connaissance. Il s'est passé des choses positives et négatives, mais un joueur peut toujours s'améliorer, grandir, et gagner en maturité, en tant que joueur et en tant qu'homme. » Mais l’Uruguayen ne fait pas de Zlatan Ibrahimovic le responsable de cette expérience difficile : « Ibrahimovic fait une très grande saison, il l'a montré encore très récemment. (…) Et tout ce qui a été écrit, tout ce qui s'est dit dans la presse, ce sont des choses qui ont été inventées, des choses que l'on a créées en France. »

« J'aurai sûrement la possibilité de parler avec le club »

Une nouvelle fois sur le banc face à Nice ce samedi, Cavani semble avoir la tête ailleurs. Et laisse entendre l’hypothèse d’un départ. « Je ne pense qu'à donner le maximum, pour les prochains mois de compétition, et pour terminer cette année ensemble, avec le groupe et mes coéquipiers, de manière fantastique, comme on l'a fait l'an dernier. Et après, j'aurai sûrement la possibilité de parler avec le club, avec le président (Nasser Al-Khelaïfi). » Le PSG reçoit Manchester City mercredi, en quart de finale aller de Ligue des champions. Et le Matador devrait une nouvelle fois prendre place sur le banc.

A.Bo