RMC Sport

PSG: Dijon, Bruges, Brest... Une baisse de régime qui interpelle

En ce début du mois de novembre, le PSG enchaîne les matchs décevants même si le bilan comptable demeure positif avec deux victoires et une défaite après les trois points obtenus samedi à Brest (1-2), lors de la 13e journée de Ligue 1.

La machine est grippée, sans pour autant être complètement enrayée. Le Paris Saint-Germain s'est imposé dans la douleur à Brest, ce samedi à l'occasion de la 13e journée de Ligue 1. Une victoire arrachée par un but de l'opportuniste Mauro Icardi, à cinq minutes de la fin du temps réglementaire. Si les trois points sont là, le club de la capitale ne montre plus de maîtrise depuis le début du mois de novembre. Avant cette victoire étriquée, il y a en effet eu la défaite à Dijon (1-2) et le succès heureux contre Bruges (1-0).

Les maux se sont déclarés au Stade Gaston-Gérard. Privé de plusieurs joueurs, notamment Marco Verratti et Thiago Silva, le PSG s'était présenté avec une formation expérimentale derrière son trio d'attaque Mbappé-Icardi-Di Maria. Le champion du monde français avait ouvert le score (19e), mais ce but avait masqué les difficultés des Parisiens à faire circuler intelligemment le ballon et mettre en danger le bloc adverse. Les deux buts de Dijon étaient alors apparus comme une récompense pour les hommes de Stéphane Jobard, entreprenants sur la première heure.

Paris ne tue plus ses matchs

Cinq jours plus tard, contre le Club Bruges en Ligue des champions, Paris n'a pas franchement rassuré en termes de qualité de jeu. Bousculé par l'équipe belge très combative, le champion de France avait failli concéder le nul. Il avait été sauvé par son gardien Keylor Navas, qui a sorti le penalty accordé à Mbaye Diagne. Au cours de ce match, si le secteur défensif s'était montré globalement au niveau, l'animation offensive parisienne avait été très médiocre. Extrêmement brouillon dans toutes ses actions, Kylian Mbappé avait d'ailleurs sans doute rendu sa plus mauvaise copie depuis son arrivée.

Bien qu'il finisse toujours ses matchs avec une meilleure possession de balle, grâce à la supériorité technique intrinsèque de ses footballeurs, le Paris Saint-Germain ne parvient plus à maîtriser, verrouiller et tuer ses matchs. Pourtant, le mois d'octobre avait globalement été impressionnant. Après la victoire compliquée dans la bouillante antre de Galatasaray, les Rouge et Bleu, ont été sans pitié: 4-0 contre Angers, 4-1 à Nice, 5-0 à Bruges, 4-0 contre l'OM. 

Un effectif juste physiquement?

Julian Draxler a soufflé, à Brest au micro de beIN Sports, un début d'explication sur cette baisse de régime: "On a joué beaucoup de matchs, c'est n'est pas facile avant la trêve". Au calendrier chargé s'ajoute l'infirmerie qui demeure chargée depuis le début de saison.

Keylor Navas s'est d'ailleurs tout juste ajouté à la longue liste des absents pour cette dernière rencontre, à laquelle Kylian Mbappé, Thomas Meunier, Thilo Kehrer, Ander Herrera et Neymar Jr n'ont pas pu prendre part à cause de leurs blessures respectives. De nombreux pépins physiques qui ont ainsi fait jouer 90 minutes à Angel Di Maria pour la cinquième fois de suite en seulement 18 jours.

JA