RMC Sport

PSG: l'interview intégrale de Di Maria dans Rothen s'enflamme

Angel Di Maria était l'invité exceptionnel de l'émission Rothen s'enflamme ce vendredi sur RMC. L’occasion pour l'Argentin de s'exprimer sur sa place au sein de l’attaque du PSG, son avenir ou encore sa relation avec Lionel Messi.

Comment jugez-vous le début de saison du PSG ?

Je crois que c’est difficile à dire… On a bien commencé la saison en championnat. On est premier avec pas mal d’écart avec le second. On est en huitièmes de finale de la Ligue des champions même si on aurait voulu finir premier du groupe mais peu importe on est qualifié, c’est très important. A voir ce qui se passe maintenant. On a donc bien commencé, on est bien en ce moment. Après c’est sûr que quand certains résultats n’arrivent pas ça se complique. Les gens parlent, la presse aussi, ce n’est pas facile. Mais le plus important c’est de continuer sur le chemin de la victoire, essayer de faire le mieux possible pour gagner des titres.

>> Les podcasts de l'émission Rothen s'enflamme

Comprenez-vous les critiques sur le jeu du PSG ? Est-ce que vous devez vous améliorer pour avoir de grands espoirs cette saison ?

Oui, on doit toujours s’améliorer. Chaque match il y a des erreurs de faites, des choses qui ne fonctionnent pas comme on le voudrait. Il y a des nouveaux joueurs, un entraineur qui essaie de montrer sa façon de jouer. A nous aussi de nous adapter et tout ne fonctionne pas immédiatement mais petit à petit ça va aller.

Comment expliquer les difficultés du PSG en Ligue des champions, notamment lors du match retour contre Manchester City ?

Question difficile… A City il y a des joueurs extraordinaires, d’un haut niveau … Un peu comme chez nous. Parfois quand vous faites un match aussi serré vous pouvez être moins bien parfois. Et dans ce cas ils jouent très bien avec de la possession, Guardiola fait en sorte que ses joueurs jouent toujours de la même façon. Ce n’est pas facile de se déplacer face à ce genre d’équipe. On a essayé de jouer notre jeu, on a eu du mal à le faire face à leur pressing. Ils travaillent bien ensemble. On a essayé de jouer notre jeu, parfois on y parvenu, parfois non. On a eu la chance de mener et ensuite on aurait même pu égaliser mais je crois que c’est un match de Ligue des champions…

Quand il y a autant de grands joueurs, si les choses ne tournent pas en notre faveur, en face ils font beaucoup de différence. C’est normal. Je crois qu’on a fourni un gros travail sur un terrain difficile. Les choses ne se sont pas passées comme on le voulait, on a cherché la victoire malgré des circonstances contre nous avec la blessure de Marco (Verratti), celle de Wijnaldum… Pendant le match Ander (Herrera) et Gana (Gueye) sont sortis blessés aussi. Ca a beaucoup joué même si ce sont des choses qui arrivent et on doit s’y adapter.

Pourriez-vous accepter de jouer au milieu dans le coeur du jeu ?

Je crois j’ai déjà démontré que je pouvais jouer à ce poste. C’était d’ailleurs ma meilleure année au Real en 2014. L’entraineur sait que je peux jouer là mais après ce sont ses décisions. Il est là pour décider et nous pour faire le mieux sur le terrain peu importe où, au milieu, devant ou ailleurs. Ce sont des questions pour lui, moi la seule chose que je fais depuis que je suis arrivé au PSG c’est donner le maximum quand je suis sur le terrain. C’est sur que j’adore jouer avec la balle dans les pieds. En 2014 j’ai joué au milieu et je me sentais très bien, très heureux. Avec en plus des joueurs de qualité au PSG comme Marco (Verratti), Leandro (Paredes) ou Gana (Gueye) ça pourrait le faire aussi mais ce sont des décisions de l’entraineur.

Etes-vous prêt à faire des efforts pour jouer à ce poste ?

Oui, évidemment. Je veux jouer et être toujours dans le onze. Parfois j’y suis, parfois non mais l’important c’est d’être toujours au top et de faire le maximum pour que l’entraineur ait une option en plus. Et après c’est à lui de décider avec le staff technique. Ils décident comment organiser l’équipe et mon seul objectif c’est d’être à 100%.

Comment vivez-vous le fait de passer derrière le trio Mbappé-Messi-Neymar ?

Ce n’est pas facile de répondre… Quand on a ces trois-là devant c’est normal que la première option soit de les mettre, ce sont les meilleurs sur le terrain. Ils ont gagné ce qu’ils ont gagné, ils sont ce qu’ils sont. Ce qui leur donne à tous les trois ce statut différent. Enfin aux deux car Leo (Messi), c’est différent du reste. C’est le meilleur joueur du monde et il doit toujours être sur le terrain. Après moi j’essaie toujours d’être à 100%, de faire le maximum pour rentrer dans le onze. Je sais que ce n’est pas facile pour moi vu ces joueurs à mon poste. C’est pour ça que je fais le max pour peut-être trouver une option différente. Par exemple avec Leo dans l’axe et moi sur le côté, on l’a souvent fait déjà. Ce sont les décisions du coach et j’essaie de faire le max pour lui donner ces options supplémentaires.

Est-ce que la progression du PSG passe par un changement de système avec par exemple trois défenseurs centraux ?

Je pense que c’est encore une question pour le coach, pas pour moi… C’est vrai que quand il y a un résultat négatif les gens parlent et pensent pouvoir être entraineur, vu de l’extérieur, c’est un peu facile. Mais de l’intérieur on sait qu’habituellement le PSG a joué en 4-3-3. Avec Ibra ou Pastore, c’était toujours de la même manière. Et avec les joueurs que le PSG a aujourd’hui, on peut jouer aussi en 4-3-3 tranquillement. Les choses ne vont pas comme les gens voudraient en gagnant facilement en ayant beaucoup le ballon. Mais c’est une question d’équilibre. On a un milieu de terrain qui aime avoir le ballon et trois joueurs devant qui aiment les contre-attaques, la vitesse et ont ces qualités. Ce n’est pas facile de trouver cet équilibre et on s’en approche petit à petit.

Avez-vous été marqué par un entraîneur en particulier au PSG ?

Je crois que j’ai eu plusieurs moments importants en sept ans. La première année avec Thomas Tuchel a été une des meilleures pour moi et une saison qui m’a beaucoup marqué. Après la première année quand je suis arrivé avec Laurent Blanc ça a été très bien aussi. J’ai eu pas mal de moments importants et je crois qu’en foot, tu es bien placé pour le savoir car tu as joué, il y a des hauts et des bas. Il n’y en a qu’un qui n'a que des hauts, c’est Leo Messi. Après nous nous essayons d’être le meilleur possible malgé les hauts et les bas.

Où placez-vous le PSG par rapport aux grands clubs européens où vous avez joué ?

Je crois que c’est un club très grand le PSG. Quand j’ai signé je savais que je resterai longtemps ici et que je le voulais. Chaque année on a essayé de progresser d’atteindre les ambitions du club. Le club a toujours recruté des joueurs importants. Le but c’est de se battre pour gagner la Champions. C’est pour ça que j’ai toujours voulu rester ici. Ce n’est pas facile dans le foot de rester sept ans dans le même club car on a parfois besoin de changement. Mais moi je me suis toujours bien senti ici, ma famille aussi donc c’est le plus important.

Vous vous sentez Parisien ?

Oui, il ne me manque que la langue pour que ce soit parfait.

Vous avez conscience d'être une légende du PSG ?

Oui c’est vrai. J’ai conscience de ce que j’ai fait ici, de la quantité de titres que l’on a remportés. J’ai une affection particulière pour le club et la ville. Depuis le début je me sens ici comme à la maison. Les gens sont tellement gentils au club et en dehors que je ne peux ressentir quelque chose de négatif. Tout est favorable, impeccable et je suis très heureux.

Vous arrivez en fin de contrat, vous discutez pour prolonger ?

J’ai une année supplémentaire en option si les deux parties sont d’accord. De mon côté ça se joue avec mon âge, mon objectif c’est de sortir par la grande porte, heureux, content. Je suis déjà parti du Real en mauvais termes malgré la victoire en Ligue des champions, de Manchester c’était pareil. Si je dois retourner dans le football argentin j’espère partir par la grande porte d’un grand club comme le PSG.

Vous voulez partir sur un titre ?

J’espère surtout avoir un an supplémentaire.

Lionel Messi est-il heureux à Paris ?

Oui il est très content. Sa famille s’adapte bien, ses enfants se plaisent à l’école. Il a trouvé sa maison. Il s’adapte bien avec les gens du club. C’est normal dans le foot qu’il s’adapte avec le temps. Ce n’est pas facile pour lui, il avait toute sa vie à Barcelone. Nouvelle maison, nouvelle école, ce n’est pas facile pour lui. Pour quelqu’un habitué à changer de club tout le temps c’est mieux mais lui ce n’est pas le cas. Il avait toute sa vie au même endroit. Mais il est très heureux, adapté et c’est le plus important.

Il est content de la façon de jouer du PSG ? Au Barça, il évoluait dans une équipe qui avait beaucoup le ballon, à Paris il doit s'adapter.

Oui c’est vrai. C’est pour ça que l’adaptation n’est pas facile. Il arrive dans une équipe qui avait ses marques. Dans une équipe à l’aise en contre, lui aime toucher le ballon, c’est un équilibre à trouver, pas toujours facile. Il y a du temps, du travail… Vous savez dans le foot on n’a pas le temps, les critiques arrivent vite, les problèmes aussi. Mais le plus important c’est qu’on est tranquille ensemble. L’équipe se sent bien avec lui et petit à petit il va être de mieux en mieux, marquer et ça va bien se passer.

Messi mérite-t-il de gagner le Ballon d'or cette année ?

Oui, je crois bien oui. Il a eu une année importante dans sa carrière. Gagner la Copa America avec son pays après tellement de choses qui lui sont arrivées en sélection il l’a enfin gagnée. Juste pour ça il le mérite largement.

Le vestiaire essaie-t-il de convaincre Mbappé de prolonger ?

Non, la vérité c’est que c’est très personnel ce genre de questions. Kylian sait quelle direction il veut donner à sa vie, à sa carrière de footballeur. C’est évident qu’on voudrait lui dire qu’il prolonge ici, qu’il ne parte pas mais ce sont des décisions personnelles.

C'est un régal d'évoluer avec Mbappé ?

Oui, c’est vrai qu’avoir la chance de jouer avec un joueur aussi rapide que Kylian c’est plaisant. On sait que quelque soit la passe que tu lui mets en profondeur il va l’avoir et il peut marquer. C’est vraiment impressionnant. La connexion que j’ai avec lui est vraiment belle et pouvoir jouer avec de tels joueurs c’est un plus extraordinaire.

Quel est votre regard sur l'évolution de la Ligue 1 ?

Depuis que je suis arrivé au PSG, la Ligue 1 a beaucoup progressé, c’est clair. C’est un championnat plus compétitif. C’est évident que le PSG a des joueurs extraordinaires et parfois en 90 minutes on ne fait qu’une petite différence… 1-0, 2-0 ou 2-1… Je crois que malgré la différence entre le PSG et les autres c’est très serré derrière, très disputé. Lyon gagne contre un gros, perd contre un autre, pareil pour Marseille. Le championnat est très compétitif. Même nos matchs, quand on va à l’extéireur ils sortent toujours un gros match, ça nous rend les choses difficile. Beaucoup d’équipes ont des joueurs très rapides devant, nous jouent en contre-attaque et ça nous rend la tâche compliquée.

Que pensez-vous des incidents dans les stades français ? Avez-vous un message à faire passer ?

Oui… C’est vrai qu’en Argentine on a les mêmes problèmes… Mais ce qui s’est passé récemment en France avec les matchs arrêtés, les jets de projectiles, c’est moche comme image laissée. Ça fait que le championnat est moins vu. Une mauvaise publicité. Je veux dire aux gens que ce n’est que du foot… Qu’il y a des enfants de 5-6-7 ans qui viennent au stade soutenir leur joueurs. Ces choses là ruinent les matchs et ce n’est pas beau. Le foot c’est juste pour se divertir.

Pensez-vous pouvoir réaliser plus de 18 passes décisives cette saison en Ligue 1 pour effacer le record de Jérôme Rothen ?

Cette année ça va être compliqué, j’ai eu peu d’opportunités même s’il reste du temps. Après tout est possible avec Kylian, Ney ou Leo... C’est plus facile oui… Après comme je l’ai dit j’espère faire encore une année en plus et donc battre le record.

Rothen s'enflamme