RMC Sport

PSG: la fête de Neymar ne regroupera que "150 personnes", promet l'organisation

L'agence chargée d'organiser la fête polémique dans l'une des résidences de Neymar assure que celle-ci regroupera moins de monde qu'annoncé et qu'elle se déroulera dans le respect des normes sanitaires.

Face à la polémique, l'agence chargée d'organiser la grande fête de Neymar pour le Nouvel An a tenu à préciser le déroulement de celle-ci. Mais pas sûr que cela permette de calmer les choses. Dans un communiqué, l'Agência Fábrica a promis que les festivités se dérouleront dans le respect des normes sanitaires. Elle a aussi assuré que le nombre de 500 convives évoqué par la presse brésilienne était surévalué. Ils ne seront "que" 150, un nombre toujours aussi élevé dans le contexte actuel.

L'agence a aussi déclaré que l'événement se déroulerait en conformité avec toutes les licences des agences compétentes. "L'événement se déroule dans le respect de toutes les normes sanitaires déterminées par les organismes publics, indique le texte. La société précise également que l'événement privé, avec un accès exclusif pour les invités et sans vente de billets, se déroule avec toutes les licences des organismes compétents nécessaires à sa tenue."

Les téléphones portables interdits... mais pas la fête

Selon les informations d'un journaliste du média UOL Esporte, l'attaquant du PSG a décidé de bannir les téléphones portables de cette fête qui pourrait durer cinq jours. Une manière de se protéger contre la diffusion de photographies de cette soirée qui provoque l'indignation au Brésil, troisième pays le plus touché par le coronavirus au monde derrière les Etats-Unis et l'Inde. Depuis le début de la crise, 7,5 millions de personnes ont été infectées et 190.000 d'entre elles en sont mortes. 

Des tests PCR seraient réalisés sur les convives. Selon O Globo, Neymar aurait fait construire "une boîte de nuit avec protection acoustique" dans une annexe de sa villa de Mangaratiba, proche de Rio de Janeiro, pour éviter de trop attirer l'attention. 

Si la fête provoque l'indignation, elle n'est pas interdite au Brésil, qui n'a mis en place aucune restriction de ce genre, le président Jair Bolsonaro qualifiant le virus de "simple grippe". Mais cela n'arrange pas l'image de l'ancienne star du Barça, elle-même contaminée par le Covid-19 en début de saison après des vacances à Ibiza en compagnie de plusieurs de ses coéquipiers parisiens. 

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

NC