RMC Sport

PSG: la réponse de la mairie de Paris sur la possible vente du Parc des Princes

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, a déclaré sur Sud Radio qu'une vente du Parc des Princes au PSG n'était pas "l'option prioritaire" de la Ville.

"Je ne crois pas que ce soit la bonne méthode, nous ne sommes sensibles à aucune pression", a réagi Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, au lendemain de ce qu'il décrit comme être un "coup de pression" du Paris Saint-Germain. Le club, désireux de rénover et d'augmenter la capacité du Parc des Princes (environ 48.000 places actuellement), a fait savoir qu'il souhaitait devenir propriétaire du stade, mais aussi qu'il envisageait de déménager au Stade de France ou tout simplement de construire dans la capitale si les négociations avec la Ville s'avéraient infructueuses.

Mais l'administration d'Anne Hidalgo reste toujours aussi réticente à céder l'enceinte. "Ce n'est clairement pas notre option prioritaire de vendre le Parc des Princes. C'est le patrimoine de la ville, des Parisiens", a déclaré jeudi Emmanuel Grégoire au micro de Sud Radio. "Notre option prioritaire est plutôt de rester sur un modèle de bail, de location longue durée. Le PSG sait que c'est notre préférence", a ajouté l'élu PS.

"Imaginerait-on l'OM quitter le Vélodrome?"

Sans manquer de souligner les "bonnes relations" avec le club, et en précisant "comprendre la logique d'actionnaire" du PSG, Emmanuel Grégoire se garde d'être définitif sur le dossier. Officiellement, aucune porte n'est donc fermée: "Aujourd'hui, des discussions sont engagées. On leur a dit, avant même de savoir si on souhaite vendre, qu'il faut s'entendre sur un prix. (...) Quand on essaie d'être raisonnable, de construire l'avenir avec d'autres acteurs, on n'est pas obtu. Les options sont sur la table".

En attendant, la mairie pense être en position favorable par rapport à l'opinion publique: "Je ne suis pas sûr que ce soit du goût des clubs des supporter. Le Paris Saint-Germain et le Parc des Princes, c'est une histoire intimement liée. Imaginerait-on l'OM quitter le Vélodrome, Lens quitter Bollaert?"

Le Paris Saint-Germain, qui a connu fin octobre son 100e match consécutif à guichets fermés, occupe le Parc des Princes grâce à un bail emphytéotique de 30 ans. Des travaux de rénovation et d'agrandissement pourraient coûter plus de 500 millions d'euros.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport