RMC Sport

PSG: le message de Maracineanu à "ceux qui posent des banderoles dans Paris"

Roxana Maracineanu a estimé qu'il y avait bel et bien des "sujets graves" à constater dans le football, en réponse aux propos de Noël Le Graët considérant le racisme comme un épiphénomène dans le sport. La ministre déléguée aux Sports a, par ailleurs, demandé aux supporters de faire preuve de responsabilité.

Roxana Maracineanu prend ses distances avec les déclarations de Noël Le Graët. Invitée à réagir aux propos controversés du président de la Fédération française de football, affirmant sur BFM Business qu'il n'y avait "pas ou peu" de racisme dans le football, la ministre déléguée aux Sports a tenu un discours différent. "Malheureusement, comme partout ailleurs dans la société, il y a des sujets graves qu'on peut constater dans des associations, dans des clubs et au moment d'événements sportifs retransmis à la télé", a-t-elle déclaré mercredi, en marge d'une assemblée générale de l'Agence nationale du sport.

"Donc il faut qu'on soit tous responsables, parce que le sport est une vitrine de tout ce qu'il y a de bien dans la société, mais malheureusement tout ce qu'il y a de mal aussi", a repris Roxana Maracineanu.

"Il faut qu'ils sachent l'impact que ça a sur nos enfants"

L'occasion pour elle de faire un parallèle avec le comportement des ultras du Paris Saint-Germain, auteurs de banderoles obscènes, injurieuses et discriminantes vis-à-vis de Dimitri Payet et de l'Olympique de Marseille avant le match finalement perdu 1-0 par le club parisien. "Ceux qui passent à la télévision, ceux qui sont vus, ceux qui sont entendus, qui posent des banderoles dans Paris ou ailleurs en France, il faut qu'ils sachent l'impact que ça a sur nos enfants, sur les adultes qui vont les lire", a-t-elle estimé, masque aux couleurs LGBT+ sur le visage.

À ces supporters, la ministre lance ainsi un appel à la responsabilité et la bienveillance: "Encore une fois, le message n'est pas seulement celui qu'on veut faire passer. Mais c'est aussi le message qui est reçu par celui qui lit ces propos, entend ces mots et qui voit ces actes, banderoles et messages. On doit tous être encore plus responsables que jamais de la perception de tout ce qu'on dit et tout ce qu'on fait dans notre société".

JA avec Tiffany Henne