RMC Sport

PSG-Lille: interrogé sur la gestion des émotions de Neymar, Pochettino reste évasif

En conférence de presse, Mauricio Pochettino ne s'est pas attardé sur l'exclusion de Neymar, dans les dernières minutes de la défaite 1-0 du PSG contre le LOSC en championnat ce samedi.

Mauricio Pochettino manie avec brio l'art de botter en touche. En conférence de presse après la défaite 1-0 contre le LOSC, cesamedi après-midi pour le compte de la 31e journée de Ligue 1, l'entraîneur du Paris Saint-Germain a été interrogé sur la prestation de Neymar. Sans surprise, il a précisément été questionné sur l'exclusion du Brésilien, coupable d'avoir bousculé Tiago Djalo dans le temps additionnel de la seconde période (90e+1).

"Il y a des circonstances qu'on vit. Il y a de la complexité dans notre réalité, des choses nouvelles qu'on doit maîtriser et ça a une influence. (...) Aujourd'hui, on n'a pas fait le match qu'on voulait. Il est clair que personne n'est content de notre prestation aujourd'hui, même si nous méritions le nul au final pour la domination dans le jeu et les occasions", a d'abord répondu Mauricio Pochettino, quand il lui a été demandé entre autres ce qu'il pensait du match de Neymar.

"La gestion des émotions est importante"

Relancé par un journaliste sur la gestion des émotions de Neymar, qui perd souvent ses nerfs lorsqu'il est en difficulté, le technicien argentin a encore joué de circonvolutions: "Bien sûr, la gestion des émotions est importante dans la vie, dans le football et un club comme le PSG. Ce qu'on vit en ce moment est atypique par rapport à d'habitude. Mais ce n'est pas seulement une question d'émotions. Il y a plein de choses qu'on essaie d'optimiser depuis le départ pour être meilleurs chaque jour".

En outre, Mauricio Pochettino s'est également exprimé à propos de la tendance du PSG à afficher plusieurs visages en Ligue 1 et en Ligue des champions: "Les circonstances, on les connaît. Ce n'est pas une excuse, mais on n'arrive pas à trouver de la régularité. Ça nous affecte, avec des hauts et des bas".

JA