RMC Sport

PSG-Lille: le très gros coup du Losc dans la course au titre, Paris déçoit avant le Bayern

Fort de sa victoire ce samedi au Parc des Princes (1-0), grâce à un but de Jonathan David, Lille repasse devant le PSG en tête de la Ligue 1. Réduits à dix en fin de match avec l'exclusion de Neymar, les Parisiens ont déçu avant leur quart de finale de Ligue des champions.

Christophe Galtier ne va plus pouvoir se cacher. En s’imposant ce samedi au Parc des Princes (1-0), à l’occasion de la 31e journée de Ligue 1, Lille vient de réussir un très gros coup dans la course au titre. Les Dogues comptent désormais trois points d’avance sur le PSG en tête du classement, quatre sur l’AS Monaco, et six sur Lyon, opposé dans la soirée au RC Lens (21h). Bien sûr, le sprint final vient seulement d’être lancé et l’ordre du quatuor de tête pourrait être complètement différent à l’arrivée. Mais pour les Parisiens, ce revers à domicile, le quatrième depuis l’arrivée de Mauricio Pochettino, est une sacrée déception. Et un coup d’arrêt à quatre jours de défier le Bayern Munich en quart de finale aller de la Ligue des champions (en exclusivité sur RMC Sport). Dans une journée bien compliquée, ils ont aussi vu Neymar perdre son sang-froid et être exclu dans les dernières minutes.

Dans ce sommet du championnat, Lille a donné le ton d’entrée. En étant dominé mais parfaitement organisé. La paire formée par Benjamin André et Boubakary Soumaré, soutenue par Renato Sanches, a tout de suite pris le dessus sur le milieu parisien.

Privé de Danilo Pereira (touché au mollet) et Marco Verratti (positif au coronavirus), Mauricio Pochettino avait choisi d’aligner à la récupération Leandro Paredes et Idrissa Gueye, qui avait été si bon à Lyon (4-2) avant la trêve internationale. Les deux ont été à court de solutions face à des Dogues plus efficaces et disciplinés. Imprécis à la relance, quasiment incapables de récupérer un ballon sans faire de faute, ils se sont retrouvés avertis dès la fin du premier quart d’heure: Paredes pour une charge sur Benjamin André, Gueye pour une vilaine semelle sur Jonathan David. Le Sénégalais aurait pu directement être renvoyé aux vestiaires pour ce geste dangereux, qui a contraint David à sortir dès la 35e minute de jeu, la cheville droite touchée.

Neymar voit rouge pour son retour

Le Canadien a tout de même eu le temps de remplir sa mission. Un quart d’heure avant de céder sa place à Timothy Weah, c’est lui qui a ouvert le score d’un missile du droit légèrement contré par Abdou Diallo à la réception d’un centre de Jonathan Ikoné (20e). Son dixième but cette saison. En face, Kylian Mbappé (15e) et Moise Kean (27e) ont buté tour à tour sur Mike Maignan.

Surtout, le jeu parisien est resté trop lisible. Par manque de vitesse et de créativité. Par un apport aussi trop limité des latéraux (Abdou Diallo à gauche, Thilo Kehrer à droite). Dos au mur, Pochettino a tenté de revoir son animation offensive en décalant Kean à droite et en installant Mbappé comme numéro neuf, Angel Di Maria et Neymar étant chargés d’alterner entre l’axe et le couloir gauche. Sans succès.

Très attendu, le quatuor a largement déçu : Mbappé s’est éteint après un premier quart d’heure intéressant, Kean a eu trop peu d’influence offensivement et Di Maria a connu un déchet technique extrêmement important. Neymar s’est montré le plus dangereux. Avec une lourde frappe du droit renvoyée par Maignan (61e) et une tête non cadrée (69e). Mais il est aussi apparu très tendu. Il a d'abord écopé d’un carton jaune pour un geste d’humeur sur André (48e). Avant d'en recevoir un deuxième, synonyme d'exclusion, pour avoir poussé Tiago Djalo (90e), lui aussi exclu pour anti-jeu.

Les Lillois, eux, n’ont pas dévié de leur ligne de conduite: d’abord bien défendre et opérer principalement en contre-attaque. Une formule payante face à un PSG en panne d’idées malgré les nombreux changements effectués par Pochettino en seconde période. Le suspense aurait même pu s'envoler à dix minutes du terme sans une belle parade de Keylor Navas devant Burak Yilmaz (79e). Pas de quoi gâcher le bel après-midi lillois. Bien loin du 3-0 encaissé face à ces mêmes Parisiens le 17 mars en Coupe de France.

RR