RMC Sport

PSG-Montpellier: Mbappé boude, Neymar flambe et Paris impressionne encore

Malgré un retour contrasté de Kylian Mbappé, buteur en fin de match, le PSG est facilement venu à bout de Montpellier (5-2) ce samedi, dans le cadre de la deuxième journée de Ligue 1, pour les grands débuts de Christophe Galtier au Parc des Princes.

A peine plus contrarié que la semaine passée à Clermont (5-0), pour l’ouverture du championnat, le PSG a enchaîné un second succès d’affilée en Ligue 1 ce samedi au Parc des Princes. Le très large succès (5-2) des Parisiens a certes mis davantage de temps à se dessiner contre Montpellier mais les hommes de Christophe Galtier menaient déjà 2-0 à la pause. Un avantage loin d’être immérité contre une équipe héraultaise essentiellement venue pour défendre. Avec un bloc resserré au niveau des intervalles défensifs pour pallier les faiblesses de sa défense et densifier l’axe du terrain, zone privilégiée du duo Messi-Neymar, le MHSC a retardé l’échéance.

En isolant Mbappé, privé de la profondeur qu’il aime tant exploiter, Montpellier a fait coup double, frustrant l’intéressé tout en contraignant le Paris Saint-Germain à déployer ses ailes. Les Parisiens ont ainsi trouvé de nombreux décalages sur les côtés mais pas toujours des solutions de centre satisfaisantes pour Mendes et Hakimi, du moins dans un premier temps. Le plan des hommes d’Olivier dall’Oglio a fonctionné un temps, notamment quand le jeu parisien manquait de vitesse, permettant au bloc héraultais de coulisser. Mais le PSG a fini par trouver la parade en usant le bloc compact du MHSC grâce à la technique en mouvement de ses joueurs.

Mbappé buteur mais boudeur

Un bijou de passe de Messi pour Neymar dans un timing parfait a délivré le premier frisson dans les travées du Parc des Princes (17e). Aligné dans une configuration inédite, le trio, avec le concours du troisième larron Kylian Mbappé, s’est encore distingué le temps d’un très beau mouvement, conclu par une frappe dégagée en catastrophe par Théo Sainte-Luce (20e). Le danger se précisait, déjà. Un premier tournant dans ce match aurait d’ailleurs pu se produire dès la 22e, après qu’un penalty a été accordé au PSG pour une main de Jordan Ferri. Mais Mbappé tombait sur un Jonas Omlin inspiré. Le début d’une soirée frustrante pour l’attaquant parisien, jusqu’à la délivrance.

Plus à l’aise quand il peut prendre de la vitesse sur un côté, Mbappé n’a jamais semblé dans le ton en première période, donnant parfois l’impression d’être coupé du reste de l’équipe, et pas seulement physiquement. Son positionnement sur le terrain et les consignes de l’entraîneur lui ont-ils déplu ? Manquait-il de rythme ? Son attitude tranchait en tout cas assez nettement avec celle du joueur qui portait l’équipe sur ses épaules la saison dernière. Boudeur, agacé, peu concerné par le replacement défensif, l’attaquant parisien a longtemps traîné son spleen sur le terrain. On l’a même vu se désintéresser d’une action et couper son effort parce que la passe de Vitinha n’arrivait pas assez vite, marquant ostensiblement son agacement d'un geste de la main.

Neymar inarrêtable, Sanches marque déjà

Même son but en fin de match (69e) ne lui a pas arraché un sourire, pas même un rictus. Soucieux de préserver l’intérêt de l’équipe et peut-être aussi son coéquipier concerné jusqu'au bout, Sergio Ramos s’est approché de Mbappé pour lui glisser quelques mots à l’oreille. C’était l’une des grandes questions avec le retour de Mbappé sur le terrain. Son intégration allait-elle être si évidente? Il faut croire que non. La relation entre Mbappé et le duo Messi-Neymar n’est pas aussi naturelle que celle qui lie les deux anciens joueurs du Barça. C’est le principal axe de progression de ce PSG si Galtier, comme il semble le vouloir, entend installer ce trio sur le front de l’attaque.

Mais malgré cette ombre qui plane sur le toit du Parc des Princes et les deux premiers buts encaissés par le PSG cette saison, la soirée reste extrêmement positive pour le champion de France en titre. Tout proche du triplé sur une passe merveilleuse de Messi, Neymar s’est "contenté" d’un doublé (43e, 51e), dont un but sur penalty qu'il a lui-même provoqué, avant de sortir en fin de match pour récolter une ovation méritée à l’issue d’un nouveau match plein de sa part. S’il y a bien une certitude en ce début de saison, c’est que le Brésilien est de retour à son meilleur niveau. Cerise sur le gâteau, Renato Sanches a marqué sur son premier ballon pour sa première apparition avec le PSG (87e). Tous les voyants sont au vert à Paris, mais les ennuis ne sont jamais très loin, même quand tout va bien en apparence.

QM