RMC Sport

PSG-OM: pas de sanction contre Neymar et Alvaro Gonzalez après leurs "dérapages"

La commission de discipline de la LFP a communiqué ce mercredi soir concernant les sanctions qu'encouraient Alvaro Gonzalez et Neymar pour leur comportement durant PSG-OM. Le défenseur marseillais et le Parisien n'écopent d'aucune sanction.

Dix-sept jours après le bouillant PSG-OM (0-1) au Parc des Princes, le verdict est enfin tombé. Tous les deux accusés de "dérapages" verbaux, le défenseur marseillais Alvaro Gonzalez et l'attaquant parisien Neymar ont vu leurs cas étudiés par la commission de discipline de la LFP ce mercredi. Cette dernière a communiqué sa décision dans la soirée.

Trop d'incertitude

Le verdict? Aucune sanction. "Après instruction du dossier, audition des joueurs et des représentants des clubs, la Commission constate qu’elle ne dispose pas d’éléments suffisamment probants lui permettant d’établir la matérialité des faits de propos à caractère discriminatoire du joueur Alvaro Gonzalez à l’encontre de Neymar durant la rencontre, ni de Neymar à l'encontre d'Alvaro Gonzalez, tranche le communiqué. En conséquence, la Commission décide qu’il n’y a pas lieu à sanction."

"Aucun rapport officiel avec des éléments relatifs à ces propos", avance la commission parmi les arguments dans un conf call. L'instance parle aussi de "déclarations des joueurs sont contraires en tout point. Aucune de ses déclarations ne permet d’établir la nature des propos échangés", estime la commission. 

Neymar accusait Alvaro de racisme

L'Espagnol était accusé par Neymar d'avoir prononcé des insultes racistes à son encontre (le terme "singe" a été évoqué par des experts à la télévision brésilienne), ce qui avait mis l'attaquant hors de lui durant le match. Selon le barème disciplinaire de la FFF, qui fait référence en Ligue 1, le défenseur risquait dix matchs de suspension.

Il y a deux semaines, le Brésilien avait lui déjà été sanctionné par la commission de deux matchs de suspension plus un avec sursis, pour avoir asséné un coup derrière la tête d'Alvaro en toute fin de match, ce qui lui avait valu un carton rouge. Mais cette fois, la star du PSG se voyait reprocher ses propos durant le Classique. Il était en effet accusé d'avoir lui-même lancé des insultes racistes au Japonais Hiroki Sakai, mais aussi des insultes homophobes à Alvaro Gonzalez. Deux comportements discriminatoires à chaque fois sanctionnables de dix matchs de suspension.

CC