RMC Sport

PSG-Rennes: malgré la défaite, "il y a de la fierté" pour Julien Stéphan

Battu lors du Trophée des champions par le PSG (1-2) ce samedi, l'entraîneur rennais Julien Stéphan est déçu mais assure être fier du visage montré par ses joueurs.

Les Rennais ont bien cru refaire le coup de la Coupe de France au PSG, ce samedi lors du Trophée des champions ce samedi à Shenzhen (Chine). Tel n'a pas été le cas avec finalement une défaite (1-2). A l'issue de la rencontre, même s'il avait assuré ne pas avoir de grande chance de victoire compte tenu des absents et de la préparation en demi-teinte, l'entraîneur n'a pas caché sa petite déception. 

"On ne peut pas être satisfait"

"On ne peut pas être satisfait de ne pas avoir gagné le trophée, a-t-il déclaré. On n'était pas venu en victime. On est déçu car on a abordé ce match avec la volonté de gagner ce trophée, même si le rapport de force semblait très déséquilibré au départ. On a eu les occasions pour revenir, malheureusement on ne les a pas concrétisées. Peut-être qu'avec un peu plus de maturité dans les dernières minutes, on aurait pu égaliser."

"On voulait donner une bonne image"

Après l'ouverture du score d'Adrien Hunou (13e), Rennes a reculé mais a tenu bon jusqu'aux buts de Kylian Mbappé (57e) et Angel Di Maria (73e). Ce que Julien Stéphan a apprécié. "On voulait donner une bonne image, d'abord avec une grosse entame de match, ce qu'on a réussi à faire, a-t-il félicité. On n'a pas été loin. On a fait un match courageux, organisé, par moment intéressant avec le ballon. Dans les dernières minutes, on a pris des risques offensifs. Il y a de la fierté dans ce qu'on a pu produire, dans notre attitude, dans nos ressources en fin de match."

La défense à trois a plu à Stéphan

L'entraîneur était heureux de la tenue de sa défense à trois défenseurs avec notamment Jérémy Morel, sa recrue, accompagné du capitaine Damien Sa Silva et de Jeremy Gelin. "Ce qu'on a proposé sur le plan défensif, c'était structuré, intéressant, et j'ai trouvé les joueurs intelligents dans leur gestion de la profondeur." Si les Parisiens ont dominé, ils n'ont eu que très peu de véritables situations de buts, les espaces étant particulièrement bien gérés par les Rennais.

JR