RMC Sport

PSG: Tuchel encore agacé par les questions sur sa tactique

Remis en cause après le nul du PSG face à Monaco (3-3), dimanche, le 4-4-2 instauré par Thomas Tuchel fait l’objet d’interrogations depuis. Au point d’agacer l’entraîneur, qui semble vouloir rester droit dans ses bottes à la veille de l’acte II contre l’ASM (21h) en match en retard de Ligue 1.

Il savait qu’il n’y échapperait pas. Pourtant, lorsque lui a été posée par un journaliste l’inévitable question sur son système de jeu et l’association de ses quatre stars offensives, mardi en conférence de presse, Tuchel est apparu agacé. Encore. A la veille de sa deuxième confrontation face à l’AS Monaco (21h, match en retard de la 15e journée de Ligue 1), et deux jours après le nul concédé à domicile face aux Monégasques (3-3), l’entraîneur du PSG semble las - au point de mimer le fait de s'endormir à l'écoute de cette question - des remises en question de son 4-4-2.

Ici loué par tous après plusieurs succès probants en décembre, et là tancé après une prestation où sont apparues des limites défensives, ce système qui dépend en grande partie des replis défensives de Neymar, Kylian Mbappé, Angel Di Maria et Mauro Icardi. "On peut jouer en 4-1-4-1, en 4-4-2, en 3-5-2, en 3-4-3… Tout est possible. Dans le football, on n’a pas encore trouvé de structure qui permette de gagner tous les matchs", a lâché Tuchel.

"Ça dépend de quand, où et pourquoi on perd le ballon"

Surtout, le coach allemand a semblé rebondir de lui-même sur l’implication parfois défaillante de ses "Quatre Fantastiques" face à l’ASM, dimanche, qui avait fait naître les premiers doutes sur la pérennité de ce système… et les premiers signes d’agacement. "Si on joue en 4-4-2, on doit jouer d’une certaine manière. Il faut être attentif, et on va s’ajuster, assure Tuchel. Dans le foot, ça dépend de beaucoup de choses, tout va ensemble. Ça dépend de quand, où et pourquoi on perd le ballon. Devons-nous alors faire un contre-pressing? En sommes-nous capables?"

Alors que le PSG et Monaco ont peut-être offert le meilleur match de la saison en Ligue 1, l’ancien entraîneur du Borussia Dortmund ne semble pas vouloir déroger de son système. Qui semblait trouver ses marques depuis la remise en question tactique qui a suivi la réception du Real Madrid en Ligue des champions (2-2), le 26 novembre dernier.

"Il y a des matchs où ça se passe super bien, comme contre Galatasaray, ou d’autres comme dimanche, enchérit-il. Ce n’était pas une mauvaise performance, mais on peut s’améliorer sur des détails, c’est vrai. Il y a aussi une question de chance." Les deux équipes se retrouveront donc mercredi à Louis-II pour un deuxième acte particulièrement attendu. Toujours en 4-4-2? Probablement.

Romain DAVEAU (@daveauromain) avec Loïc Tanzi