RMC Sport

Reims-OM: grâce à un Payet de gala, Marseille met la pression dans la course à l'Europe

Porté par un Dimitri Payet en très grande forme (deux buts et un passe décisive), l'OM enchaîne une cinquième victoire en sept rencontres et s'installe à la cinquième place de la Ligue 1, devant Lens. Les Olympiens remportent leur premier match à l'extérieur depuis plus de cinq mois.

Les joueurs de l'OM ont perdu Kamara et Perrin sur blessure mais ont surtout empoché trois points qui ont de quoi laisser augurer une fin de saison moins terne que ne pouvaient le craindre les supporters. Surtout au regard de cette prestation en contrôle ou presque sur le terrain de Reims (3-1), en ouverture de la 34e journée de Ligue 1. La première victoire olympienne à l'extérieur pour Jorge Sampaoli et la première à l'extérieur tout court depuis le 4 décembre.

Dans un 3-5-2 devenu classique, avec le retour de Nagatomo en piston gauche et en l’absence de Caleta-Car, encore suspendu, l’OM arrivait à Reims avec une petite idée en tête: reprendre sa cinquième place devant Lens pour mettre la pression sur les Sang et Or ainsi que sur les Rennais (septièmes). En face, le Stade de Reims (11e) n’a plus rien à jouer et se prépare à l’après-Guion, qui sera remplacé par Oscar Garcia.

Comme souvent à l'extérieur depuis la prise de fonctions de Sampaoli, les Olympiens ont eu du mal à proposer un jeu offensif alléchant une semaine après le scénario fou face à Lorient (3-2). À Reims, qui restait deux 0-0 de rang, l’OM aura su réagir vite. Face à des Rémois entreprenants sans être suffisamment menaçants, les Phocéens ont tout de même attendu la 33e minute de jeu pour armer leur première frappe du match.

>> Revivre Reims-OM dans notre direct commenté

Reims efficace, Kamara sort, Sampaoli s'agace

Quelques instants plus tôt, Dimitri Payet avait reçu un vilain tacle de Faes. Reims est resté à 11, contrairement à l’OM, qui a vu Kamara sortir provisoirement, touché au dos. Un court instant en supériorité numérique dont les Rémoins ont parfaitement profité en marquant sur corner, d’une belle tête croisée de Mbuku (38e). Un but qui a fortement contrarié légèrement Jorge Sampaoli.

Kamara est sorti définitivement dans la foulée, remplacé par Valentin Rongier, qui faisait alors son retour après deux mois d’absence. Les Marseillais viennent alors de prendre deux coups sur la tête mais il n’en fallait pas tant pour les réveiller. Payet répond très vite et confirme sa belle forme, tout comme Lirola, double buteur la semaine passée et auteur de la passe décisive pour son numéro 10 au point de penalty (41e).

L'OM renverse tout avant la pause

Milik, encore lui, et dans le temps additionnel comme face à Montpellier (3-3), permet aux Olympiens de rentrer aux vestiaires en menant et en renversant complètement la situation en toute fin de période. Les Phocéens peuvent à nouveau remercier Payet, auteur d’un centre parfait pour le Polonais, qui a fait parler son instinct de tueur en marquant sur sa première occasion, d’un tacle opportuniste (45e+1). La 100e passe décisive en carrière de Payet dans l’élite.

Reims démarre le second acte comme le premier, avec les meilleures intentions mais pas d'occasion franche. Sur le banc de touche, Sampaoli bouillonne toujours sous son bonnet et reçoit même un avertissement (55e). C'est bien Marseille qui se montre le plus dangereux malgré tout, même si Rajkovic a sauvé les siens devant Milik après une réupération très haute (62e).

Poteau puis rouge, les trois minutes qui font mal à Reims

Les locaux finissent par faire trembler Mandanda, Perrin et le poteau marseillais sur un face à face manqué par Dia (66e), qui coûtera finalement une sortie sur blessure et en larmes pour Perrin (75e). Sans doute un tournant, puisque sur l'action suivante, Faes n'échappe cette fois pas au rouge après un nouveau tacle non maîtrisé sur Rongier (69e). Le Stade de Reims est à 10 et vient de laisser passer sa chance.

Une fois de plus, l'OM en profite rapidement et se met à l'abri grâce à un Payet toujours aussi chirurgical. Le Réunionnais s'offre un doublé, d'un plat du pied tranquille dans la surface à la reception d'un centre en retrait de Rongier (75e). Milik croit lui aussi s'offrir un doublé mais est signalé en position de hors-jeu pour une demi-chaussure (81e) dans une fin de match à sens unique où l'OM cherche avant tout à soigner sa différence de but.

Cette victoire permet à Marseille de prendre deux points d'avance sur Lens, qui joue dimanche face à Bordeaux, et quatre sur Rennes, qui défiera dans le même temps Dijon. Deux adversaires qui jouent leur survie et qui pourraient permettre à l'OM de croire encore un peu plus au top 5.

Jules Aublanc Journaliste RMC Sport