RMC Sport

Rennes: Stéphan a "une pensée sincère" pour Genesio

Julien Stéphan, entraîneur de Rennes, a eu une pensée pour Bruno Genesio, son homologue de Lyon dont la prolongation de contrat a été gelée après la défaite de l’OL face à Rennes, mardi en demi-finale de la Coupe de France (2-3).

Indirectement, Julien Stéphan est responsable des remous qui secouent Lyon depuis mardi soir. La victoire de Rennes sur le terrain de l’OL (2-3) en demi-finale de la Coupe de France a en effet poussé Jean-Michel Aulas, président rhodanien à geler la prolongation de contrat de Bruno Genesio, son entraîneur à l’avenir désormais très incertain. Deux jours après cette victoire, le technicien rennais a tenu à avoir une pensée pour son homologue.

"C'est dur pour lui"

"Je me suis exprimé sur la qualité de Bruno Genesio avant le match, a-t-il rappelé, ce jeudi en conférence de presse. Je compatis pour la situation dans laquelle il est. Je trouve que c’est dur pour lui, il doit vivre des moments compliqués. J’ai une pensée sincère pour lui à ce moment-là."

"Je lui souhaite beaucoup de réussite pour la suite"

"Lyon est un grand club qui s’est construit dans le temps et qui a beaucoup d’expérience, c’est une institution très forte, poursuit l’entraîneur rennais. Si jamais, ils ont décidé de changer d’entraîneur - mais je n’ai pas encore entendu le président dire ‘c’est terminé avec Bruno Genesio’ - je suis convaincu qu’ils trouveront la bonne personne pour continuer à développer leur projet. Ils n’auront pas de mal à trouver cette personne. J’espère qu’il (Genesio) pourra terminer la saison dans les meilleures conditions possibles et je lui souhaite vraiment beaucoup de réussite pour la suite."

Relancé sur le profil de l’éventuel successeur de Genesio et sur le fait qu’il serait préférable qu’il parle français, Stéphan a évoqué le cas Thomas Tuchel, entraîneur allemand du PSG. "Dans les rapports humains, dans la vie du club et du groupe, bien évidemment que c’est mieux de parler la langue, a-t-il confié. On voit aussi des entraîneurs étrangers qui sont capables de s’adapter très vite. Je pense à Thomas Tuchel qui a vite appris la langue française et qui s’exprime parfaitement. Il est brillant, vraiment très très brillant."

Nicolas Couet avec Pierre-Yves Leroux