RMC Sport

Rothen: "Rabiot m’a impressionné"

-

- - -

Membre de la Dream Team Sport, Jérôme Rothen revient sur la victoire (2-0) du PSG face à Lyon lors du Trophée des Champions dimanche.

L’association Ibra - Cavani
« Zlatan vient souvent au milieu de terrain créer le surnombre. Par ses décrochages, il joue presque comme un numéro 10. Il est difficile pour les adversaires de bloquer Ibra, Matuidi, Verratti. Ils ont la capacité de confisquer le ballon, d’user l’adversaire par des redoublements de passes. Forcément, Cavani en profite pour être plus axial. Et on retrouve un Cavani dans son rôle préférentiel. S’il continue comme sur les six derniers mois, l’attaque de Paris n’a pas besoin d’être renforcée. »

L’apport de di Maria
« Di Maria va donner plusieurs choix tactiques. Il peut jouer à gauche, à droite ou dans l’axe. Avec lui, pourquoi ne pas passer à une défense à trois, faire jouer Maxwell un peu plus haut, enlever l’un des trois du milieu pour garder les deux attaquants ? »

La progression de Rabiot
« L’année dernière, Laurent Blanc comptait déjà sur Adrien Rabiot. Il y a une concurrence saine au PSG. C’est compliqué de passer devant Motta dans ce rôle de sentinelle. Le fait que Laurent Blanc le titularise prouve qu’il compte sur lui, à la place d’un Stambouli qui vient d’arriver par exemple. On voit l’intelligence de Rabiot. Il a beaucoup progressé. Techniquement il est très propre. Il sait très bien faire les premières relances, les petites passes courtes qui coupent les lignes. Dans son replacement, il a su compenser quand Matuidi ou Verratti se projetaient. Sur ce plan, il m’a impressionné, il a été très bon. S’il continue comme ça, il aura beaucoup plus de temps de jeu que la saison dernière. »

Les difficultés des jeunes de l’OL
« Quand vous êtes jeune, vous n’avez qu’une envie, c’est de toucher le plus haut niveau. Quand vous y arrivez, il y la médiatisation, les salaires qui vont avec, il y a forcément un laps de temps où on est sur une autre planète. J’ai connu ça quand j’étais à Monaco. Le tout, c’est de redescendre vite. J’ai eu la chance d’être entouré à cette époque par des joueurs d’expérience. Ils m’ont aidé à redevenir le joueur que j’étais quand je suis arrivé. A Lyon, ce qui m’inquiète, c’est qu’ils sont plusieurs dans ce cas. L’encadrement familial entre aussi en jeu, tout comme les agents. Quand je vois la saison des Lyonnais l’année dernière, la qualité de certains joueurs, le début de saison peut être raté mais ils vont revenir. »

la rédaction