RMC Sport

Son avenir, Bielsa, la polémique Balotelli…: les vérités de Palmieri

Libre de tout contrat depuis sa résiliation avec le Losc, Julian Palmieri était l'invité de Breaking Foot, ce jeudi sur SFR Sport 1. Le latéral de 30 ans a notamment évoqué son avenir, son passage dans le loft lillois, son transfert avorté à Caen et ses propos maladroits sur Mario Balotelli. Sans langue de bois, comme d'habitude.

Un avenir toujours incertain

"On n'est pas inquiet mais on se dit qu'on aimerait quand même rejouer un peu au ballon. J'avais un problème à régler, ma résiliation, maintenant c'est fait. On va couper un peu, j'ai eu une saison un peu compliquée sur plusieurs points. On verra mais je relativise, il y a pire que ça dans la vie. J'ai vu que M. Dréossi (le manager général du Paris FC, ndlr) m'a appelé et m'a laissé un message, mais je n'écoute pas les messages. Je vais le rappeler. Ce n'est pas le premier club qui m'appelle, j'en ai refusés beaucoup, beaucoup en juin et juillet. C'est sympa, ça me fait plaisir que le PFC me rappelle parce que ça prouve que j'ai laissé de bons souvenirs (il y a joué en 2009-2010). Mais chaque chose en son temps. Les Etats-Unis, à 31 ans, ce serait une bonne chose pour moi et mon entourage, mais si je pars loin, on ne va pas se mentir, ce sera financier."

A lire aussi >> La LFP favorable à avancer la date de fin du mercato "sur le principe"

Un transfert avorté à Caen

"J'y suis allé, j'ai parlé avec tout le monde. En avril, j'ai perdu ma mère donc j'ai été très marqué par son décès. Caen est arrivé un peu tôt on va dire. Je n'étais pas conditionné à tout recommencer, à me vider la tête pour me concentrer sur le club. Je pense que je suis quelqu'un d'assez entier et si je ne suis pas à 100%, ça ne sert à rien. Ils m'ont donné une espèce de date ultimatum et ça m'a moyennement plu, donc j'ai coupé court."

A lire aussi >> VIDEO. Losc: la réponse (un peu sèche) de Gérard Lopez à Nicolas De Préville

Sa relation avec Bielsa

"Je ne l'ai pas du tout côtoyé. Il est venu 15 secondes dans les vestiaires du loft pour nous dire qu'on ne faisait pas partie du projet, qu'il fallait s'accrocher et ne pas lâcher pour rester au haut niveau. Je n'ai aucun souvenir, je ne peux rien dire sur lui."

A lire aussi >> VIDEO. La déclaration d’amour de Bielsa aux Lillois et leur "ville si chaleureuse"

Des regrets sur la polémique Balotelli

"Je regrette ces propos ("Je pense qu’il devrait se faire tout petit", avait déclaré Palmieri après que Balotelli ait été victime de cris de singes lors de Bastia-Nice), parce qu'ils ont été très mal interprétés. Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire et il y a des fois où il faut fermer sa gueule. C'est impardonnable, ça ne devrait pas arriver dans un stade. Il y a des imbéciles partout. C'est un imbécile celui qui a fait ça. Je pense qu'il l'a payé. Ça a été mal interprété, je l'ai mal expliqué. Si c'était à refaire, je pense que je ne le referais pas, ou alors différemment parce que ça a fait du bruit pour rien. Je n'étais pas dans le truc, on m'a posé la question après un match et j'aurais dû la zapper cette question, ça ne me regardait pas. Mais voilà c'est dit, si ça a choqué des gens, désolé, ce n'était pas le but."

A lire aussi >> Nice: Rivère défend Balotelli, à qui Dugarry a envie de "mettre des claques"

AA