RMC Sport

"Le Français de base est bête et naïf ", lâche Jourdren, qui regrette que "personne ne l'aime dans le foot"

Geoffrey Jourdren

Geoffrey Jourdren - AFP

Dans une interview accordée à So Foot, Geoffrey Jourdren est revenu sur sa carrière et l'image qu'il a dans le milieu du foot et auprès du grand public. Comme toujours, sans aucun filtre.

Geoffrey Jourdren a disparu des pelouses de Ligue 1, mais il a encore des choses à dire. Désormais à Nancy, l'ancien Montpelliérain a profité d'une interview au site de So Foot pour livrer ses vérités, notamment au sujet de la mauvaise image qui lui colle à la peau et qui, selon lui, "influence" sa trajectoire sportive. "Personne ne m’aime dans le foot, lâche-t-il. J’ai une image médiatique qui est exécrable. Les gens me voient comme une personne qui s’exprime mal, un peu bête, donc ils se moquent de moi."

A lire aussi >> Nancy: chahuté par les supporters, Jourdren leur demande de la "jugeote"

"Je suis quelqu’un qui dit toujours ce qu’il pense, dans le respect, quelle que soit la personne en face de moi. Et ça fait peur dans le milieu du foot. Les clubs sont des entreprises, qui ont leurs stratégies... Et si toi, en tant que joueur, tu ne rentres pas dans cette stratégie, ça complique les choses. En France, on aime bien poser des étiquettes sur les gens. Si on veut te faire passer pour un clown, il suffit de faire un montage, et tu donnes l’image que tu veux. Et comme le Français de base est bête et naïf – je n’ai pas honte de le dire –, il croit ce qu’on lui montre."

"T’imagines, Jourdren en équipe de France? La FFF, elle ferme"

Champion de France en 2012, Jourdren a aussi évoqué le fait de ne jamais avoir été appelé en sélection. "T’imagines, Jourdren en équipe de France? La FFF, elle ferme, lance le portier de l'ASNL. Parce que je dévoile tout. Les coulisses, tout. Je peux dire des choses et, médiatiquement, ça peut être très compliqué pour la Fédération. Donc on ne prend pas de risque, on n’y pense même pas. Je suis persuadé que c’est à cause de ma personnalité. Il y a des joueurs comme ça: Nasri, Benzema... Très, très compliqué à gérer pour la FFF, des mecs comme ça!"

"Moi, à l’époque, j’avais ma place en troisième gardien, poursuit-il C’est ça le monde du foot. Mais, attention, peut-être que je m’enflamme et que je n’avais pas le niveau. En revanche, il faudra m’expliquer pourquoi Costil y va et pas moi. Il n’avait pas de meilleurs résultats que moi, collectivement et individuellement."

Son après-carrière? "Ce sera sans les faux-culs et les suceurs"

Au sujet de son après-carrière, Jourdren a une certitude, cela ne sera pas dans le monde du football. "Je pense que je serai heureux, déclare-t-il. Je ne me retrouve plus humainement dans ce milieu-là. Ce sera sans les faux-culs et les suceurs... Je serai dans la vraie vie et je m’y retrouverai à 200%."

A lire aussi >> Ligue 2: Jourdren prend 10 matchs de suspension pour son coup de sang à Brest

VIDEO: Interrogé sur le stress, Dupraz renvoie aux "smicards" exposés à encore plus de pression

Alexandre Alain Rédacteur