RMC Sport

Barça-PSG: les lourdes remontadas subies par le FC Barcelone

Quatre ans après la remontada de mars 2017, le FC Barcelone et le Paris Saint-Germain vont se retrouver en Ligue des champions ce mardi (21h, sur RMC Sport 1). Un match qui rappelle de bons souvenirs aux Barcelonais. Mais ces derniers ont également été pris à leur propre jeu de la remontada ces dernières années.

Le soir du 7 mai 2019, Jérôme Rothen savourait: "La remontada n'appartient plus aux Parisiens!" Présent à Anfield, l'ancien joueur et grand supporter du Paris Saint-Germain venait d'assister à la déliquescence du FC Barcelone, écrasé par Liverpool (4-0) lors du match retour des demi-finales de la Ligue des champions, après avoir largement remporté l'aller (3-0).

Deux ans après l'apparition du terme "remontada" dans le langage courant, après la défaite improbable du PSG au Camp Nou (6-1), le Barça se retrouvait au fond du trou, pris à son propre jeu. En mars 2017, après le match aller perdu au Parc des Princes (4-0), la presse catalane, les dirigeants du Barça et les joueurs du club avaient insisté pendant de longues semaines sur la possibilité d'une remontada.

Une banalisation de la remontada

En Catalogne, les Parisiens avaient sombré, et le Barça venait de banaliser le concept de remontada. En renversant le score de cette manière, les coéquipiers de Lionel Messi ont ainsi convaincu toutes les équipes participant aux Coupes d'Europe que les retournements de situation sont possibles. Et qu'il faut y croire jusqu'à tant que le coup de sifflet final n'a pas retenti.

En 2018 et en 2019, le Barça a donc fait les frais, à son tour, de cette mentalité. Un an avant ce soir de mai 2019 dont se délectait Jérôme Rothen, le Barça chutait lourdement à Rome, après avoir facilement dominé le match aller (4-1). Porté par un Edin Dzeko en feu, la Roma éliminait le Barça de la C1 en quarts de finale grâce à un but en fin de match de Kostas Manolas (3-0). "Je le prends mal et je souffre pour les supporters, c'est un jour très triste pour les Barcelonais", expliquait Josep Maria Bartomeu, le président du club de l'époque, après la rencontre.

L'arroseur arrosé

L'arroseur se retrouvait arrosé. La presse italienne célébrait les héros romains, et L'Équipe faisait sa Une sur cette "Romantada" le lendemain du match. Le Barça n'était pas au bout de ses peines. Un an plus tard, en mai 2019, les Catalans craquaient donc à nouveau à Anfield, sur un coup de génie de Trent Alexander-Arnold bien conclu par Divock Origi.

Ouverture du score rapide des Reds, pression énorme des Anglais et du public d'Anfield: une fois encore, les Barcelonais subissaient ce que les Parisiens ont vécu au Camp Nou. "Quand tu prends un but, tu te retrouves vraiment étouffé. Je demande pardon aux supporters, car après la Roma, ça recommence encore, c'est très dur", regrettait Sergio Busquets, titulaire contre le PSG en 2017, après le match.

Les jubilations des supporters parisiens

"Nous ne pouvons pas commettre la même erreur deux années de suite. (...) Sur le quatrième but, on aurait dit que nous étions des U19. On ne peut s'en vouloir qu'à nous-mêmes", jugeait Luis Suarez, qui avait obtenu un penalty contre le PSG il y a quatre ans. Forcément, après la remontada subie en 2017, les supporters parisiens se sont réjouis en 2018 et 2019 des déboires du Barça contre la Roma et Liverpool sur les réseaux sociaux.

Et pour confirmer que le Barça est fâché avec la Ligue des champions depuis plusieurs saisons, les Catalans ont subi une défaite humiliante et historique l'été dernier lors du Final 8, contre le Bayern Munich (2-8). De quoi faire jubiler les Parisiens, bien qu'il n'y ait pas eu de remontada à proprement parler. Ce mardi, les objectifs des Barcelonais et des Parisiens sont en tout cas bien définis: les premiers chercheront à se réconcilier avec la C1 tandis que les seconds tiendront à prendre leur revanche après l'échec de 2017.

DM