RMC Sport

Belgrade-PSG: non, l'Etoile Rouge n'est pas si solide à domicile

Belgrade-PSG J-1. Le PSG va tenter d'aller chercher sa qualification pour les 8es de finale de la Ligue des champions ce mardi, sur le terrain de l'Etoile Rouge de Belgrade (21h sur RMC Sport 1). Un déplacement périlleux, face à une équipe qui perd très rarement à domicile, même si les Serbes ne sont pas si solides qu'on veut bien le dire.

Presque imbattable à domicile, mais bien plus faible à l'extérieur. L'Etoile Rouge de Belgrade est, comme l'explique le défenseur de Liverpool Andy Robertson, "une bête différente" selon si elle joue dans son enceinte du Marakana ou pas.

Laminés lors de leurs trois déplacements cette saison en Ligue des champions, à Paris (6-1), Liverpool (4-0) et Naples (3-1), les Serbes ont en revanche accroché les Italiens (0-0) puis battu les Reds (2-0) dans leur stade. Deux performances qui font dire qu'à domicile, ils forment une équipe très solide. Ce qui, en se penchant sur les statistiques de ces rencontres, n'est pas si exact.

20 tirs concédés face à Naples, 22 face à Liverpool

Face au Napoli lors de la première journée de la phase de poules, l'Etoile Rouge a réussi à garder sa cage inviolée grâce à un petit miracle, puisque les Italiens ont frappé 20 fois au but (contre six pour les locaux). Mais seuls sept tentatives ont été cadrées, et deux ont fini sur un montant.

"Nous avons commis peu d'erreurs, nous avons contrôlé le match, mais la finition a fait défaut, regrettait Carlo Ancelotti, le coach napolitain. Il est difficile de jouer contre une défense comme celle de l'Etoile Rouge, nos attaquants ont été seuls face au gardien à plusieurs reprises, mais nous avons manqué de chance. Je pense que nous aurions pu gagner."

Lors de la réception de Liverpool, le scénario était quasiment le même. L'Etoile Rouge a concédé 22 tirs, dont seulement trois ont été cadrés. Et là encore, le poteau était là pour repousser une frappe de Mohamed Salah. "Nous n'avons pas été assez impitoyables, ni assez patients", pestait Adam Lallana, après que son équipe ait raté de grosse occasions, notamment quand le score était encore de 0-0.

A l'extérieur, l'Etoile Rouge paye la facture

A l'extérieur, la porosité de la défense guidée par le gardien Milan Borjan est encore plus flagrante, mais cette fois sanctionnée par une pluie de buts. Lors du match aller au Parc des Princes (6-1), le PSG avait ainsi frappé 33 fois au but. Liverpool l'a fait 22 fois à Anfield et Naples 16 fois au San Paolo.

Si Paris veut devenir la première équipe à s'imposer au Marakana depuis Arsenal en octobre 2017 (1-0), et ainsi valider son billet pour les 8es de finale de la Ligue des champions, l'efficacité sera donc un domaine à ne vraiment pas négliger.

A lire aussi >> Ligue des champions: ces matches décisifs pour les 8es de finale

Alexandre Alain Rédacteur