RMC Sport

Chelsea-Lille: les stats qui montrent que le LOSC peut y croire au retour

Lille s'est incliné 2-0 sur la pelouse de Chelsea ce mardi en 8e de finale aler de la Ligue des champions. Mais, après leur match à Stamford Bridge, les Dogues ont des bases sur lesquelles s'appuyer en vue du match retour, le 16 mars prochain.

C’est un sacré paradoxe: malgré le score, net et sans appel, Lille rentre d’Angleterre avec quelques motifs d’espoir. Battus 2-0 par Chelsea à Stamford Bridge ce mardi soir lors du 8e de finale aller de Ligue des champions, les Dogues sont contraints de faire le match de leur vie le 16 mars prochain au match retour pour espérer renverser le champion d’Europe en titre. Mais, à la mi-temps de cette confrontation, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont des bases sur lesquelles travailler.

>> Revivez la rencontre entre Chelsea et Lille

Plusieurs stats flatteuses pour le LOSC

Plusieurs statistiques appuient l’impression visuelle au sortir de ce match aller: non, le champion de France en titre ne s’est pas fait marcher dessus par le tout récent vainqueur de la Coupe du monde des clubs. Au nombre de tirs (15 contre 8), d’attaques (50 contre 39) et de corners (6 contre 4), les Dogues dominent même les Blues, tandis qu’ils font jeu égal ou presque au niveau de la possession (51% contre 49%) et du nombre de ballons récupérés (48 contre 43).

Lille a donc été tout sauf ridicule à Londres, et les Nordistes, premiers de leur groupe de C1 à l’automne dernier, ont une nouvelle fois prouvé qu’ils savaient se sublimer sur la scène européenne. "C'est ce qu'on voulait faire: un match avec beaucoup de densité", s’est félicité Olivier Létang, le président du LOSC, au micro de RMC Sport. "J'avais dit avant le match que je souhaitais avoir une équipe qui ait une âme, qu'on soit fier, avec une vraie force collective.”

"Le très haut niveau, ce sont des détails"

Malgré tous ces aspects positifs, Lille est en ballottage plus que défavorable à l’issue de ce match aller. Il y a eu du positif pendant 90 minutes, mais l’incapacité à concrétiser les situations dangereuses coûte cher. “Le très haut niveau, ce sont des détails. Ça a été le cas ce soir", a poursuivi Olivier Létang sur RMC Sport. "Il nous a manqué peut-être un peu de maîtrise technique dans les 30 derniers mètres pour faire plus mal.”

"À ce niveau-là, il faut être plus agressif, plus dangereux, plus efficace quand tu as de bonnes situations”, appuyait de son côté le capitaine José Fonte après la rencontre. “Quand Chelsea a de bonnes positions, ils ne ratent pas.” Dans trois semaines, au stade Pierre-Mauroy, il faudra avoir cet instinct de tueurs pour espérer écrire l’histoire.

Felix Gabory Journaliste RMC Sport