RMC Sport

Dortmund-PSG: le calendrier d'enfer des Parisiens peut-il les plomber?

MISSION DORTMUND - Avant le huitième de finale de la Ligue des champions entre le PSG et le Borussia (en direct et en exclusivité sur RMC Sport), focus sur le calendrier de chaque équipe. Avant de se déplacer dans la Ruhr, Paris va devoir avaler un programme bien plus copieux que celui des hommes de Lucien Favre. Un paramètre qui risque de peser lourd dans cette confrontation.

"On joue trop." Avant la trêve, Thomas Tuchel avait remis sur le tapis l’un de ses principaux sujets de grogne. L’entraîneur du PSG peste souvent contre le calendrier. Il n’est pas le seul. Jürgen Klopp, Didier Deschamps, Rudi Garcia… Ils sont nombreux à se plaindre du rythme bien trop soutenu du football moderne.

Et à y regarder de plus près, le coach parisien n’a peut-être pas tort. En tout cas, le Borussia Dortmund, son ancien club qui se dresse sur sa route en huitièmes de finale de la Ligue des champions, va aborder le match aller le 18 février (sur RMC Sport) avec beaucoup moins de matches dans les jambes.

>> Suivez l'intégralité de la Ligue des champions sur RMC Sport

Un début d’année dantesque

La Bundesliga ne comptant que 18 clubs (contre 20 pour la Ligue 1) et les Allemands n’ayant qu’une Coupe nationale à jouer (contre deux pour la France), le Borussia Dortmund a terminé sa première moitié de saison avec moins de matches joués que le PSG. Lucien Favre et ses joueurs ont disputé 26 rencontres avant la trêve (17 de championnat, 6 de C1, 2 de Coupe, 1 de Supercoupe d’Allemagne). Les Parisiens, eux, en ont joué… 26 aussi (18 de championnat, 6 de C1, 1 de Coupe, 1 de Trophée des champions). Ils auraient dû en disputer 27, mais le match Monaco-PSG a dû être décalé.

>> Cliquez ici pour découvrir les offres de RMC Sport et suivre en exclusivité Dortmund-PSG

Mais depuis, la balance s’est déséquilibrée. La trêve hivernale allemande est bien plus longue que la trêve française. Le Borussia Dortmund n’a repris que le 18 janvier avec ce match contre Augsbourg où la nouvelle recrue Erling Haaland a frappé très fort (5-3).

Et le PSG? Il n’a pas arrêté. Les Parisiens ont rejoué dès le 5 janvier à Linas-Montlhéry en Coupe de France. Ils ont enchaîné avec la Coupe de la Ligue trois jours plus tard. Le championnat a ensuite repris, avec notamment ce match en retard à Monaco qu’il a fallu rattraper. Résultat: après le match à Reims ce mercredi en Coupe de la Ligue, le PSG comptera 32 matches disputés contre 27 côté BVB.

Leandro Paredes, un joueur très en vue cet hiver lorsque Thomas Tuchel procède à un turn-over.
Leandro Paredes, un joueur très en vue cet hiver lorsque Thomas Tuchel procède à un turn-over. © AFP

"Les joueurs sont morts!"

Le fossé doit encore se creuser d’ici au rendez-vous du Signal Iduna Park, le 18 février. Paris doit disputer 6 matches (contre Lille, Montpellier, Nantes, Lyon et Amiens en L1 et contre Pau en Coupe de France), et peut-être un 7e s’il se qualifie pour les quarts de finale de la Coupe de France. Le calendrier de Dortmund est plus clément avec seulement 5 matches au programme.

Le 18 février, donc, le PSG aura joué 38 ou 39 matches, contre 32 pour le Borussia. Et surtout, les champions de France auront enchaîné 12 ou 13 matches depuis début janvier, contre seulement 6 pour leurs adversaires sur la même période. Thomas Tuchel se plaint, et les chiffres plaident plutôt en sa faveur sur ce coup-là. Mécontent de jouer un peu trop souvent le soir, l’entraîneur parisien a déploré la cadence infernale du moment avec une formule lapidaire : "Les joueurs sont morts!"

Installer une dynamique sans épuiser le groupe

Il y a un peu plus d’un an, le discours de Thomas Tuchel était un peu différent, alors que son équipe abordait la fin de la première moitié de la saison 2018-2019. Le technicien voyait d’un bon œil l’enchaînement de matches qui l’attendait. Il voulait en profiter pour "créer un esprit d’équipe" et regrettait même les trêves internationales qui pouvaient "freiner un peu cet aspect". Souder son groupe et instaurer une dynamique, c’est l’objectif quand le calendrier s’emballe. Et en la matière, la formule parisienne est très efficace avec 17 victoires, 2 nuls (Real Madrid et AS Monaco) et 1 défaite (Dijon) sur les 20 dernières rencontres.

Pour la première fois depuis son arrivée à Paris, Neymar pourra-t-il jouer intégralement les huitièmes de finale de la Ligue des champions ?
Pour la première fois depuis son arrivée à Paris, Neymar pourra-t-il jouer intégralement les huitièmes de finale de la Ligue des champions ? © AFP

Mais le surmenage guette et, avec lui, la crainte de la blessure et de voir ressurgir les vieux démons du passé. Depuis trois ans, Paris explose en huitièmes de finale (FC Barcelone 2017, Real Madrid 2018 et Manchester United 2019) avec, à chaque fois, un effectif amputé d’un ou plusieurs membres majeurs. Thiago Motta était absent car blessé et Angel Di Maria diminué le soir de la fameuse remontada. Un an plus tard, Neymar manquait à l’appel pour le match retour à Madrid, gravement blessé à un pied. Et la saison dernière, Neymar, à nouveau touché, était encore absent, et Edinson Cavani était sur une jambe sur le banc.

Entre la nécessité d’avoir un groupe concentré et en confiance et le danger de la surchauffe ou de la blessure, le PSG est une Formule 1 difficile à manœuvrer pour le pilote Tuchel. L'entraîneur, sous pression avant un rendez-vous qu'il a l'interdiction de rater, doit faire face à un exercice d'équilibriste délicat.

N.B